Hélène Heintz Shem­well, acti­viste écolo­giste, la marge et la poli­tique

Vidéos d’in­­­­ter­­­­view : portrait de mili­­tant-e 5

Comment es-tu venue à l’en­ga­ge­ment ?

Née à Saverne, mais ai grandi à Hoch­fel­den en Alsace dans les années 1950. De 1965 à 1968 au lycée à Saverne, année du bac. Dans les pâtis­se­ries on refai­sait le monde.
Mon premier compa­gnon était « objec­teur de conscience », contre le service mili­taire.
Dernière de 6 enfants d’une famille protes­tante.La culture protes­tante implique le « respect des créa­tions de Dieu »et donc favo­rise l’en­ga­ge­ment écolo­giste.

***

Premier enfant très jeune, trop jeune. La contra­cep­tion, notam­ment la pilule (léga­li­sée en 1967), diffi­ci­le­ment acces­sible. Premières mani­fes­ta­tions avec le Mouve­ment de la Libé­ra­tion des Femmes (MLF).
Démé­na­ge­ment en couple dans le Loiret. Puis veuve à 23 ans : « J’at­tends de vous servir: Monsieur gare la voiture ? »
Insti­tu­trice puis prof d’al­le­mand. J’ado­rais ensei­gner. Je suis très proche de l’Al­le­magne, je m’y sens chez moi. L’Alle­magne plus avan­cée dans les années 1980 et 1990, par obli­ga­tion, sur les thèmes écolo­gistes.

***

Parti­ci­pa­tion aux mani­fes­ta­tions en 1972 contre la première centrale nucléaire de Fessen­heim, avec Alle­mands et Suisses, et Solange Fernex, centrale construite sur une faille sismique et en aval de la Marne au Rhin . C’était le début des luttes anti­nu­cléaires. La centrale de Fessen­heim va-t-elle fermer ?
Dans le Loiret, seule avec un enfant en bas âge, « peu » de mili­tan­tisme : parti­ci­pa­tion aux mani­fes­ta­tions du MLF, à l’Union paci­fiste, au mouve­ment anti­nu­cléaire.
Deuxième étape de ma vie. Rencontre avec un Améri­cain en Alle­magne et on s’ins­talle dans la Vienne pour des raisons profes­sion­nelles. Insti­tu­trice remplaçante.
Vivre dans une ferme à Quinçay d’une manière très simple, selon nos valeurs. 3 enfants naissent. Accou­che­ment natu­rel à domi­cile, notam­ment un avec une sage femme béni­noise, sans médi­ca­tion. Mili­tance dans l’al­lai­te­ment mater­nel.
Prof d’al­le­mand au lycée du Bois d’Amour puis plusieurs collèges de Poitiers. Arrêt de l’édu­ca­tion natio­nale vers la cinquan­taine avec une petite retraite (ayant 4 enfants). Je complète en donnant des cours à des enfants malade dans le cadre de la SAPAD (Service d’As­sis­tance péda­go­gique À Domi­cile, créé par les Pupilles de l’ Ensei­gne­ment Public les PEP). J’ai beau­coup appré­cié ce travail et je l’ai fait pendant 10 ans.
Quand j’étais à Gien créa­tion de la centrale nucléaire de Dampierre en Burly. Dans la Vienne se construit la centrale nucléaire de Civaux.

***

La centrale de Civaux qu’on n’au­rait jamais dû construire.
Ambiance des années 80, margi­na­lité à la hippie : « le nucléaire ou le retour à la bougie » versus vie saine et sobre pour soi et les enfants :
– enfants non vacci­nés, sans médi­ca­ments
– se regrou­per car il n’y avait pas encore Le Pois Tout Vert
– chauf­fage au bois

***

Mes enfants retrouvent ces valeurs quand ils deviennent parents.
Années 1990 dans « Béruges envi­ron­ne­ment » (tri des déchets, nitrate dans l’eau) puis « asso­cia­tion canto­nale Vouillé envi­ron­ne­ment » mais plutôt que de seule­ment dénon­cer, propo­ser du posi­tif avec l’ACEVE, l’As­so­cia­tion pour la Cohé­rence Envi­ron­ne­men­tale en ViennE (habi­tat en auto construc­tion) qui a eu jusqu’à 250 adhé­rent-es. Les visites de maison ont marqué les esprits.

***

Emmaüs pendant 5 à 6 ans. Yves Godard. la Maison de l’Aube aidait les compa­gnons à sortir. Moi je les amenais à l’étran­ger pour qu’ils sortent de la commu­nauté. Voyages en Alle­magne, en Bretagne, Pyré­nées, Londres. Deve­nir une personne. Contact avec Krefeld en Alle­magne.

Parti­ci­pa­tion aux repor­tages de Benoît Théau en Alle­magne et en Autriche sur les maisons passives, en Autriche sur les éner­gies renou­ve­lables, sur les quar­tiers écolo­giques. J’y ai acquis beau­coup de connais­sances. Ces films courts servait souvent en début de confé­rences débats. Une dizaine de séjour d’une semaine.

J’aime beau­coup Berlin. Paris est un musée, Berlin est un labo­ra­toire, une ville qui bouge en perma­nence, toujours à la pointe de ce qui devrait se faire notam­ment au niveau écolo­gique et de la mise en commun.

***

Un an de vie aux États Unis de 1991 à 1992 à Nash­ville (Tennes­see), la ville de mon mari. Quar­tier chaud (drogue, malnu­tri­tion, multi-emploi, pas de soin) et racisme latent. Les enfants ont mieux appris à connaître leurs grands-parents et appris l’an­glais. Expé­rience riche mais que de déca­lage ! Vive la Sécu, les services publics et la laïcité.

***

Dégui­sée en sorcière au stand de l’ACEVE qui propo­sait des pommes bio. Robert Rochaud et Chris­tiane Fraysse (Europe Écolo­gie – Les Verts,EELV) me propose de parti­ci­per à la liste régio­nale d’EELV en 2009.
Sur la liste EELV avec Eric Joyaux (le poli­tique) et moi (« arri­vée de nulle part ») en tête de liste.
Je ne me voyais pas dans un parti car je me suis toujours consi­dé­rée en marge (Alsace, Quinçay, hippie-écolo).

***

Ma spécia­lité pendant la campagne : l’éner­gie.
Au soir du premier tour, EELV (13% dans le dépar­te­ment) négo­cie avec le PS (26%). Première rencontre avec Ségo­lène Royal en personne. Je suis dans la commis­sion « écono­mie d’éner­gie et éner­gie renou­ve­lable » prési­dée par Georges Stupar
Travail sur l’iso­la­tion des toitures pour les personnes en préca­rité éner­gé­tique.
C’est une spécia­lité du PS de récu­pé­rer les bonnes idées pour se mettre en avant.
Je suis inter­venu sur l’éclai­rage public par exemple à Ligugé avec la Sore­gies. Pas simple.
Il y avait 5 femmes et 4 hommes élu-es EELV dont Éric Joyaux.

***

Comme Conseillère régio­nale j’étais
– à la Commis­sion Locale d’In­for­ma­tion (la CLI) de Civaux et parce que je connais bien le nucléaire, j’ai pu aller à Fuku­shima après l’ac­ci­dent.Une expé­rience forte.
– délé­guée dans trois lycées.
– délé­guée dans l’Éta­blis­se­ment Public Terri­to­rial du Bassin de la Vienne pour que les agri­cul­teurs réduisent leur consom­ma­tion d’eau. C’était chaud.
– réfé­rente du Pays des 6 vallées que je connais­sais très bien. Ce fut très inté­res­sant. Ça c’est arrêté en 2014 car EELV n’a pas voté le budget de la Région et la majo­rité nous a retiré ces délé­ga­tions

***

Le monde poli­tique est un monde très dur, parti­cu­liè­re­ment pour les femmes.
Dans « Ségo­lène » il y a « ego ».
Les coulisses des insti­tu­tions poli­tiques
Ne pas se repré­sen­ter ?
La matrie.
Parte­na­riat avec Fatik au Séné­gal et ravages de la pollu­tion du Nord sur le Sud.
Les groupes de citoyens vont aider l’hu­ma­nité. Pessi­misme de l’évo­lu­tion poli­tique. Urgence du sursaut.

***

Je suis impliquée actuel­le­ment dans « Éner­gie parta­gée », dans « Terre de liens », je donne des cours à des réfu­gié-es.
L’ave­nir ?

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.