60 hectares de forêt rasés à blanc d’un seul tenant: coupés, découpés, dessouchés, le sol à nu.

Ce 4 juillet, une trentaine de citoyens, de tous âges, habitants de la région de Monts sur Guesnes/Mirebeau se retrouvent en pleine forêt de Scévolles pour constater les dégâts et s’interrogent.

Le massif forestier de Scévolles s’étend sur 5 000ha entre Loudun et Mirebeau dans l’extrême nord de la Vienne.. Sur les sables du Cénomanien, chênes et noisetiers y côtoient robiniers et pins. De nombreux animaux y trouvent refuge : cerfs, chevreuils, sangliers, renards, blaireaux, fouines etc…

Ce massif est inscrit à l’inventaire ZNIEFF (Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique).

La forêt un bien commun

De tous temps on coupe les arbres, arrivés à maturité (économique) par tranches, par bandes de quelques hectares, en alternance.

Mais jamais sur de telles surfaces.

Les parcelles incriminées appartiennent à de gros propriétaires forestiers: propriété privée=ils font ce qu’ils veulent.

Certes. Mais quand même!

Alerte vigilance citoyenne

Dans les débats des militants associatifs les questions fusent:
comment accepter un tel carnage? Qui est derrière ces déboisements? où va tout ce bois? y aura-t-il replantation? de quelles essences?

Au gré des discussions quelques réponses apparaissent selon les interlocuteurs.

Déboisement confié à une société industrielle, replantation de résineux uniquement et aussi d’autres parcelles subiront bientôt le même sort: on parle de 50 hectares par ci, 80 ou100 hectares par là. N’oublions pas que le massif forestier ne fait que 5 000 hectares.

De l’avis de tous les participants il s’agit d’une attaque frontale sur un bien commun: la forêt, avec les conséquences connues sur la nappe phréatique, l’utilisation de pesticides pour la replantation, les atteintes à la faune et la flore ainsi qu’aux activités humaines etc…

Attaque inacceptable pour les citoyens en colère.

Le soutien et la parole modératrice d’un conseiller régional EELV encourage les participants à poser les premiers jalons d’une organisation de veille vigilante.

Une page Facebook est en préparation pour centraliser et diffuser les informations glanées par les uns et les autres, l’alerte vigilance est de rigueur.

A suivre.

Vincent Clémot

Légendes photos:
1- Photo en tête d’article : la trentaine de citoyens en colère sur la parcelle déboisée.

2 – c’est l’exploitation industrielle systématique de la forêt qui est en cause.

3- la forêt de Scévolles: un bien commun à sauvegarder.

4- « quel âge avais tu beau chêne ? »

crédit photographique: ©vincent clémot

Rédaction

7 réactions sur “On nous vole Scévolles

  1. « Les parcelles incriminées appartiennent à de gros propriétaires forestiers: propriété privée=ils font ce qu’ils veulent. Certes. Mais quand même! » Non ! Pas « certes » ! Le problème, c’est la propriété privée des biens communs, couplée à la marchandisation du vivant sous toutes ses formes.
    #réveillonsrobindesbois #devenonsrobindesbois « robindesboispartout

    1. La DDT et la DREAL des services préfectoraux ! Ne leur faisons pas confiance, ils sont à la solde des financiers comme tout ce gouvernement !

Répondre à Herpin Jean luc Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Nos victoires, nos défaites

lun Juil 6 , 2020
Un article de Bertrand Geay « Nos victoires d’aujourd’hui viennent de loin. Des luttes antinucléaires à celles pour les retraites, de nos engagements pacifistes à nos combats pour une éducation émancipatrice, du syndicalisme autogestionnaire aux mobilisations contre le chômage, la précarité et les exclusions, de chaque mètre carré reconquis sur le […]
//