Vous n’avez sans doute pas pu échapper aux deux polémiques successives contre la maire de Poitiers. La première polémique vient de la droite médiatique et politique qui a reproché depuis Paris à L. Moncond’huy (EELV) de baisser, pour plus tard supprimer, la subvention municipale de l’aéroclub poitevin. Un excellent article de la NR a expliqué les cheminements de cette polémique.

Le ciel

On pourrait dire que cette première polémique est emprunte de mauvaise foi. En effet on peut douter que le niveau national de la scène médiatico-politique s’intéresse au financement d’un club poitevin, fut-il un aéroclub. Mais le plus important n’est pas là mais dans le message politique délivré SYMBOLIQUEMENT par les protagonistes.

Les attaques disent, symboliquement, vive les moteurs, la bagnole, les voyages en avion low-cost et, attention ! Les EELV sont des radicaux doctrinaires et liberticides.

Dans cette première polémique EELV gagne à peu de frais des galons de radicalité écologique qu’on aurait pour l’instant bien des peines à retrouver dans la réalité de la politique municipale.

La deuxième polémique c’est la déclaration de la maire de Poitiers sur les rêves des enfants (« « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui”).

Cette fois les attaques signifiaient qu’avec la droite chacun-e est LIBRE, notamment de ses rêves. Ironiquement on peut dire que chacun-e est libre de rêver de s’acheter un SUV, le dernier IPad ou tout autre marchandise achetable, de la plus petite à la plus grande, répondant à un désir humain (domination, affection, considération, haine, tendresse…) qui sera frustré par cet acte d’achat mais à qui on proposera une autre marchandise achetable qui etc. Comment répondre en une seule phrase médiatique à cette idée qui va à l’encontre de la liberté capitaliste, la liberté du renard libre dans un poulailler libre ?

Côté EELV, la maire a choisi de présenter des excuses à cette deuxième polémique pour couper court et a choisi d’assumer, de garder le symbole de radicalité de la première.

La maire

Est-elle victime de cette attaque ?

Oui et franchement non.

Oui car elle n’a pas choisi cette polémique.

Franchement non car ce buzz médiatique lui donne une aura, une dimension nationale, y compris au sein d’EELV. La maire de Poitiers est adoubée, désignée par le milieu médiatico-politique national comme faisant partie du sérail, du milieu. La politique, comme toute activité humaine, est aussi une question de discours sur vous : le discours des autres (y compris le cliché, l’image, la critique, la flatterie, la « com ») construit une identité symbolique qui vous définira aux yeux du plus grand nombre.

Le soleil ?

Rien de nouveau sous le soleil ?

Le néo-libéralisme, ce dernier avatar du capitalisme, reste partisan de ne pas changer l’essentiel de notre société destructrice, prédatrice de la nature (humains compris).

L’écologie politique reste dominée pour l’instant par une organisation politique (EELV) partisane d’un capitalisme vert.

LA politique continue de cantonner LE politique à un théâtre d’ombres qui démobilise la population (cf l’abstention aux élections et le peu de militant-es dans les partis) mais pas les partisans du régime qui se mobilisent toujours pour un système qui favorisent leurs intérêts.

Il reste toujours et encore à construire un autre discours, radical au sens étymologique du terme c’est à dire « qui va à la racine des choses ».

« Seule la lutte est sûre, pas le résultat » disait je ne sais plus qui.

Il reste aussi cette bluette que chantaient nos parents ou grands-parents : « il y a le ciel, le soleil et la mer » .

P. Canaud

Post scriptum : la photo qui illustre cet article est celle d’un monument en sale état près de l’aéroclub de Poitiers

Rédaction

Une réflexion au sujet de “Il y a le ciel, le soleil et la maire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Et si la COVID-19 révélait qu’un autre tourisme existe ? Vers des formes d’hospitalité inclusive à Poitiers !

mer Avr 14 , 2021
« Ekitour met en avant des expériences d’hospitalité qui cherchent à mettre en pratique des formes d’hospitalité inclusive de différents types de mobilité. Et il écrit qu’avec la crise du Covid-19 , cette tendance semble s’ancrer dans la durée au sein du secteur du voyage : Accueil de travailleurs locaux, Offres […]
//