Hélène Heintz Shem­well, acti­viste écolo­giste : la marge et la poli­tique

Un long et passionnant entretien en forme de portrait de vie, publié initialement en mars 2017.

Un long et passionnant entretien en forme de portrait de vie, publié initialement en mars 2017.

Reproduit ici avec l’aimable autorisation de reve86.org.

Comment es-tu venue à l’en­ga­ge­ment ?

Née à Saverne, mais ai grandi à Hoch­fel­den en Alsace dans les années 1950. De 1965 à 1968 au lycée à Saverne, année du bac. Dans les pâtis­se­ries on refai­sait le monde.
Mon premier compa­gnon était « objec­teur de conscience », contre le service mili­taire.
Dernière de 6 enfants d’une famille protes­tante.La culture protes­tante implique le « respect des créa­tions de Dieu »et donc favo­rise l’en­ga­ge­ment écolo­giste.

 ***

Premier enfant très jeune, trop jeune. La contra­cep­tion, notam­ment la pilule (léga­li­sée en 1967), diffi­ci­le­ment acces­sible. Premières mani­fes­ta­tions avec le Mouve­ment de la Libé­ra­tion des Femmes (MLF).
Démé­na­ge­ment en couple dans le Loiret. Puis veuve à 23 ans : « J’at­tends de vous servir: Monsieur gare la voiture ? »
Insti­tu­trice puis prof d’al­le­mand. J’ado­rais ensei­gner. Je suis très proche de l’Al­le­magne, je m’y sens chez moi. L’Alle­magne plus avan­cée dans les années 1980 et 1990, par obli­ga­tion, sur les thèmes écolo­gistes.

 ***

Parti­ci­pa­tion aux mani­fes­ta­tions en 1972 contre la première centrale nucléaire de Fessen­heim, avec Alle­mands et Suisses, et Solange Fernex, centrale construite sur une faille sismique et en aval de la Marne au Rhin . C’était le début des luttes anti­nu­cléaires. La centrale de Fessen­heim va-t-elle fermer ?
Dans le Loiret, seule avec un enfant en bas âge, « peu » de mili­tan­tisme : parti­ci­pa­tion aux mani­fes­ta­tions du MLF, à l’Union paci­fiste, au mouve­ment anti­nu­cléaire.
Deuxième étape de ma vie. Rencontre avec un Améri­cain en Alle­magne et on s’ins­talle dans la Vienne pour des raisons profes­sion­nelles. Insti­tu­trice remplaçante.
Vivre dans une ferme à Quinçay d’une manière très simple, selon nos valeurs. 3 enfants naissent. Accou­che­ment natu­rel à domi­cile, notam­ment un avec une sage femme béni­noise, sans médi­ca­tion. Mili­tance dans l’al­lai­te­ment mater­nel.
Prof d’al­le­mand au lycée du Bois d’Amour puis plusieurs collèges de Poitiers. Arrêt de l’édu­ca­tion natio­nale vers la cinquan­taine avec une petite retraite (ayant 4 enfants). Je complète en donnant des cours à des enfants malade dans le cadre de la SAPAD (Service d’As­sis­tance péda­go­gique À Domi­cile, créé par les Pupilles de l’ Ensei­gne­ment Public les PEP). J’ai beau­coup appré­cié ce travail et je l’ai fait pendant 10 ans.
Quand j’étais à Gien créa­tion de la centrale nucléaire de Dampierre en Burly. Dans la Vienne se construit la centrale nucléaire de Civaux.

 ***

La centrale de Civaux qu’on n’au­rait jamais dû construire.
Ambiance des années 80, margi­na­lité à la hippie : « le nucléaire ou le retour à la bougie » versus vie saine et sobre pour soi et les enfants :
– enfants non vacci­nés, sans médi­ca­ments
– se regrou­per car il n’y avait pas encore Le Pois Tout Vert
– chauf­fage au bois

 ***

Mes enfants retrouvent ces valeurs quand ils deviennent parents.
Années 1990 dans « Béruges envi­ron­ne­ment » (tri des déchets, nitrate dans l’eau) puis « asso­cia­tion canto­nale Vouillé envi­ron­ne­ment » mais plutôt que de seule­ment dénon­cer, propo­ser du posi­tif avec l’ACEVE, l’As­so­cia­tion pour la Cohé­rence Envi­ron­ne­men­tale en ViennE (habi­tat en auto construc­tion) qui a eu jusqu’à 250 adhé­rent-es. Les visites de maison ont marqué les esprits.

***

Emmaüs pendant 5 à 6 ans. Yves Godard. la Maison de l’Aube aidait les compa­gnons à sortir. Moi je les amenais à l’étran­ger pour qu’ils sortent de la commu­nauté. Voyages en Alle­magne, en Bretagne, Pyré­nées, Londres. Deve­nir une personne. Contact avec Krefeld en Alle­magne.

Parti­ci­pa­tion aux repor­tages de Benoît Théau en Alle­magne et en Autriche sur les maisons passives, en Autriche sur les éner­gies renou­ve­lables, sur les quar­tiers écolo­giques. J’y ai acquis beau­coup de connais­sances. Ces films courts servait souvent en début de confé­rences débats. Une dizaine de séjour d’une semaine.

J’aime beau­coup Berlin. Paris est un musée, Berlin est un labo­ra­toire, une ville qui bouge en perma­nence, toujours à la pointe de ce qui devrait se faire notam­ment au niveau écolo­gique et de la mise en commun.

***

 Un an de vie aux États Unis de 1991 à 1992 à Nash­ville (Tennes­see), la ville de mon mari. Quar­tier chaud (drogue, malnu­tri­tion, multi-emploi, pas de soin) et racisme latent. Les enfants ont mieux appris à connaître leurs grands-parents et appris l’an­glais. Expé­rience riche mais que de déca­lage ! Vive la Sécu, les services publics et la laïcité.

***

Dégui­sée en sorcière au stand de l’ACEVE qui propo­sait des pommes bio. Robert Rochaud et Chris­tiane Fraysse (Europe Écolo­gie – Les Verts,EELV) me propose de parti­ci­per à la liste régio­nale d’EELV en 2009.
Sur la liste EELV avec Eric Joyaux (le poli­tique) et moi (« arri­vée de nulle part ») en tête de liste.
Je ne me voyais pas dans un parti car je me suis toujours consi­dé­rée en marge (Alsace, Quinçay, hippie-écolo).

***

Ma spécia­lité pendant la campagne : l’éner­gie.
Au soir du premier tour, EELV (13% dans le dépar­te­ment) négo­cie avec le PS (26%). Première rencontre avec Ségo­lène Royal en personne. Je suis dans la commis­sion « écono­mie d’éner­gie et éner­gie renou­ve­lable » prési­dée par Georges Stupar
Travail sur l’iso­la­tion des toitures pour les personnes en préca­rité éner­gé­tique.
C’est une spécia­lité du PS de récu­pé­rer les bonnes idées pour se mettre en avant.
Je suis inter­venu sur l’éclai­rage public par exemple à Ligugé avec la Sore­gies. Pas simple.
Il y avait 5 femmes et 4 hommes élu-es EELV dont Éric Joyaux.

***

Comme Conseillère régio­nale j’étais
– à la Commis­sion Locale d’In­for­ma­tion (la CLI) de Civaux et parce que je connais bien le nucléaire, j’ai pu aller à Fuku­shima après l’ac­ci­dent.Une expé­rience forte.
– délé­guée dans trois lycées.
– délé­guée dans l’Éta­blis­se­ment Public Terri­to­rial du Bassin de la Vienne pour que les agri­cul­teurs réduisent leur consom­ma­tion d’eau. C’était chaud.
– réfé­rente du Pays des 6 vallées que je connais­sais très bien. Ce fut très inté­res­sant. Ça c’est arrêté en 2014 car EELV n’a pas voté le budget de la Région et la majo­rité nous a retiré ces délé­ga­tions

***

Le monde poli­tique est un monde très dur, parti­cu­liè­re­ment pour les femmes.
Dans « Ségo­lène » il y a « ego ».
Les coulisses des insti­tu­tions poli­tiques
Ne pas se repré­sen­ter ?
La matrie.
Parte­na­riat avec Fatik au Séné­gal et ravages de la pollu­tion du Nord sur le Sud.
Les groupes de citoyens vont aider l’hu­ma­nité. Pessi­misme de l’évo­lu­tion poli­tique. Urgence du sursaut.

***

Je suis impliquée actuel­le­ment dans « Éner­gie parta­gée », dans « Terre de liens », je donne des cours à des réfu­gié-es.
L’ave­nir ?

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

[Vidéo] In­­ter­­view de Yves Judde qui a rencon­tré la socio­lo­gie et l’étran­ger

mar Avr 28 , 2020
Interview réalisée en novembre 2015. Un grand merci à Yves pour nous permettre de reprendre son témoi­gnage.
//