« Classe virtuelle, le dilemme du prof: j’y vais ou j’y vais pas ?

Depuis le confinement, nous sommes sans interaction avec nos élèves. Or une des questions posée par la classe, au moment où je distribuais des devoirs était : « mais, comment on saura si on a juste sur ce travail si vous ne pouvez pas nous dire ?». Car nous avons affaire à des enfants… qui ont besoin de notre étayage disciplinaire – souvent – et humain – presque toujours. Alors je me suis dit que la classe virtuelle était une bonne façon d’exercer ce soutien et de maintenir un lien avec elles et eux, et entre elles et eux aussi. Garder un semblant de collectif. Donc allons-y. Au bout d’une semaine, voici mon constat. » (lire la suite ici)

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

[son] Interview de P. Le Masne, économiste

mar Avr 14 , 2020
Un interview téléphonique (pardon pour la qualité sonore) de cet économiste de Poitiers
//