Voilà, c’est officiel, l’autorisation d’exploiter la ferme des 1 000 taurillons a été refusée par la préfecture de la Vienne. L’affaire continue en justice mais cette étape était importante pour la suite. Ci-dessous le communiqué de l’association VGCA par la voix de son président François Bigot. (Et pour celles et ceux qui auraient loupé le début : https://web86.info/?s=coussay)

« La mobilisation contre la ferme usine de Coussay-les-Bois n’a pas faibli : plus de 300 contributions ont été envoyées à la préfecture ou consignées sur le registre de la mairie.

Nous venons de l’apprendre : la préfecture de la Vienne  ne régularise pas l’autorisation d’exploiter.

Les services de l’Etat considèrent que les éléments apportés ne permettent pas de compléter les imprécisions relevées dans le dossier initial ni de garantir une information complète des services de l’Etat et du public. La Préfecture de la Vienne a donc informé la SCEA « Les Nauds » de son incapacité à régulariser le vice dans la procédure initiale d’autorisation du projet.

C’est maintenant à la cour administrative d’appel de Bordeaux de statuer  sur la conformité de l’arrêté préfectoral d’autorisation du 2 août 2016 qui avait été annulé par le tribunal administratif de Poitiers. Vu les attendus du « sursis à statuer » de décembre 2019, elle devrait confirmer l’annulation de l’autorisation d’exploiter, mais il nous faut rester vigilants. »

François BIGOT, Président de l’association VGCA (Val de Gartempe, Creuse, Anglin)

Dom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Contre les "bassines", pour notre eau, notre argent et notre santé, la mobilisation repart !

sam Juil 11 , 2020
Les « bassines » ce sont ces gigantesques réservoirs d’eau qu’une minorité de gros agriculteurs pompent dans les nappes souterraines (rien à voir avec un récupérateur d’eau de pluie !) en hiver pour arroser leurs cultures d’exportations le reste de l’année. Ils pompent ainsi la même ressource en eau que celle qui […]
//