« Ce jeudi 27 juin 2024,  plus de plus de 250 personnes se sont rassemblées devant le Bureau de Poste de Poitiers-Libération , unies contre sa fermeture programmée par La Poste pour fin 2024.

La pétition contre cette fermeture de bureau de Poste  a recueilli  à ce jour près de 4200 signatures. (À voir et signer ici)

De nombreuses prises de parole revendicatives : le comité de quartier Poitiers-sud, SUD PTT 86, la CGT retraités, des habitant-e-s du quartier, et des politiques dont les candidates Front Populaire 2eme circonscription V. Soumaille et F. Haris.

Une prochaine réunion des habitant-e-s autour du comité de quartier et de Sud Ptt 86 doit se tenir la semaine prochaine pour décider la suite à donner à cette journée de mobilisation citoyenne, notamment la remise de la pétition à la direction de la Poste , et la prochaine mobilisation à construire.

Nous vous informerons des décisions prises ….

Pour SUD PTT 86. Benoit Sauvage

Ci-dessous la prise de parole de SUD PTT 86 – Jeudi 27 juin 2024

Bureau de Poste de Poitiers-Libération

Nous sommes ici devant le bureau de Poste de «Poitiers- Libération», l’un des derniers bureaux de Poste de Poitiers, l’un des derniers bureaux de Poste de la Vienne … mais pour combien de temps ?

Le 17 mai dernier, nous apprenions par voie de presse que la direction de la Poste avait décidé la fermeture de ce bureau d’ici fin 2024. Je dis bien par voie de presse, car normalement La poste aurait dû en informer préalablement les syndicats , voire les concerter … mais elle ne s’embarrasse plus de ces formalités.

Si nous sommes là aujourd’hui, c’est que les habitants de Poitiers-sud et les agents de la Poste, soutenus par leur comité de quartier et par le syndicat Sud Ptt , ont décidé quant à eux de se battre pour conserver leur bureau de Poste.

La fermeture du bureau de Poitiers-Libération aurait pour conséquences :

 Une perte définitive de services de proximité indispensables au quotidien , notamment pour les plus fragiles, les personnes âgées, ou les personnes en situation de handicap, sans moyens de déplacement.

 Une fragilisation du lien social dans le quartier.

 Des déplacements plus longs, plus compliqués et plus coûteux pour se rendre au bureau de poste « le plus proche », à l’autre bout de Poitiers ou à Vivonne.

 Des files d’attente plus importantes dans les rares bureaux restants.

 La suppression des emplois existant sur ce bureau, à savoir 5 emplois..

Pour justifier cette fermeture, la direction prétend comme d’habitude , une diminution de la fréquentation de ce bureau, alors qu’il n’en est rien : les collègues postiers et postières reçoivent chaque jour au moins 160 usagers, particuliers et entreprises, et le bureau est loin d’être déficitaire.

Notons que depuis la fermeture des bureaux de Vouneuil/Biard, Fontaine-Le-Comte, Ligugé, Iteuil, des usagers de ces communes se déplacent également au bureau de Poitiers Libération.

Une fois de plus, la Poste fait le choix de la rentabilité financière plutôt que celui du service public de proximité.

La fermeture du bureau de Poitiers-Libération s’inscrit dans un vaste programme de démantèlement du Service Public Postal, orchestré depuis de nombreuses années par les gouvernements successifs et la Direction de La Poste, au bénéfice de la logique financière et des profits qui s’élèvent en 2023 à 1,3 milliards pour la Poste dont une grande partie est reversée aux actionnaires du groupe la Poste .

La Poste qui a déjà démantelé une grande partie de son réseau dans les zones rurales, accélère le mouvement en s’attaquant maintenant frontalement aux zones urbaines. Après la fermeture de Poitiers Notre Dame, de Buxerolles, de Mignaloux, elle a profité de la destruction des bureaux de certains quartiers lors des émeutes de juin 2023 , qui ont fait suite au meurtre du jeune Nahel par un policier à Nanterre, pour tenter de les fermer définitivement : tentative réussie pour le bureau de Châtellerault -Plaine d’Ozon, la municipalité ayant avalisé cette fermeture ; tentative échouée pour le bureau des 3 Cités en octobre 2023, suite à la mobilisation citoyenne soutenue par certains syndicats dont Sud Ptt , et par la Mairie de Poitiers … il devrait rouvrir fin 2024 … nous sommes d’ailleurs en droit de nous demander pourquoi tant de temps pour changer une vitrine : pas de réponse de la Poste sur la question.

Par contre la situation du bureau des Couronneries suscite quelques inquiétudes : alors que la Poste annonçait une réouverture fin 2024, nous apprenons aujourd’hui , encore par voie de presse , que cette réouverture est reportée courant 2025.

Dans la Vienne, sur 173 bureaux de Poste répartis sur le département, 123 ont été supprimés à ce jour.

Ils ont été remplacés, dans la plupart des cas, soit par une agence postale communale (prise en charge par le personnel de la Mairie), soit par un « relai urbain » (dans un bureau de tabac, uniquement pour du service courrier), ou par un relai poste (chez un commerçant)

Mais ces agences ou relais de substitutions ne sont que de la poudre aux yeux proposée par La Poste pour mieux faire accepter la fermeture des bureaux de Poste de plein exercice, car les services qui y sont proposés sont réduis au stricte minimum, que ce soit pour la partie courrier et surtout pour les opérations bancaires (retraits d’un montant très limité, pas de chèque de banque, pas d’ouverture de compte , très peu d’opérations bancaires possibles, aucune décision à la place de La Poste, etc… ).

Ces agences de substitution n’ont rien d’un Service Public Postal !

En parallèle de cela, la Poste mise sur la digitalisation , incitant toujours plus les usagers à faire le travail à la place des agents de la Poste , via Internet.

A ce rythme, si nous n’y mettons pas fin, le paysage postal rural sera réduit à néant très prochainement et le réseau postal urbain sera fortement détricoté, pour rejoindre également le néant à terme.

Ce dépeçage progressif du Service Public postal touche l’ensemble des services de la Poste , notamment la distribution du courrier, avec toujours moins de facteurs qui doivent supporter des tournées toujours plus grosses.

Le Tri Postal n’est pas en reste. Après la fermeture progressive des services de tri de La Rochelle, Niort, Angoulême, Limoges , la Poste a décidé, sans raison valable, la fermeture prochaine de la PIC , Plateforme Industrielle Courrier de Migné-Auxances . Alors que les salarié-e-s croulent sous le travail, la Poste a décidé de transférer toutes les activités de tri de la PIC de Migné-Auxances sur les PIC de Bordeaux-Cestas et de Tours-Sorigny, qui n’arrivent déjà pas , elles non plus, à écouler l’ensemble de la charge de travail qu’il leur est donnée de traiter.

Par ce plan social déguisé, c’est plus de 200 salarié-e-s Poste qui vont devoir se trouver un autre emploi dans les filiales de la Poste, ou dans un autre département puisqu’à ce jour , à peine une trentaine d’emplois sont disponibles sur La Poste Vienne. La direction a même grand espoir que nombre de salarié-e-s finissent par démissionner de La Poste.

C’est en tout, près de 300 emplois supprimés si l’on considère les nombreux intérimaires et CDD qui travaillent également à la PIC de Migné.

Pour ce qui est du service rendu, le courrier parcourrait beaucoup plus de kilomètres avant d’arriver à son destinataire , dans des délais de plus en plus longs.

Sur appel de SUD PTT, plus de 80 % des Personnel de la PIC se sont mobilisés à plusieurs reprises, contre cette fermeture et pour le maintien de leurs activités et de leurs emplois sur Migné-Auxances : malgré cela, la Poste reste sourde !

La lutte doit continuer !

Cette privatisation de la Poste est à l’image de France-Telecom , laboratoire de la privatisation des services publics et devenu Orange.

Les conséquences de cette privatisation France-Telecom, c’est à ce jour : près de 95 % de ses activités sous-traitée , plus de 100 000 emplois supprimés en 25 ans, des services coûteux et dont la qualité est dégradée , une situation catastrophique pour les travailleurs sous-traitants qui font le travail et dont certains sont des auto-entrepreneurs : 2 à 3 plus de charge de travail pour des salaires de misère, pas ou peu de moyens pour assurer la sécurité d’où une recrudescence d’accidents du travail … Et tout ceci profite à qui : aux actionnaires qui s’engraissent toujours plus dans l’indécence la plus complète (en 2023 , 65 % des 3 milliards de bénéfices Orange sont allés dans les poches des actionnaires).

Pour revenir à la Poste, SUD PTT considère qu’un autre avenir des Services Postaux est possible. Nous revendiquons le rétablissement, dans les plus brefs délais , d’un vrai Service Public Postal de proximité, partout sur le territoire, dans toutes les communes, dans tous les quartiers urbains, qui réponde aux besoins quotidiens des usagers et bien-sûr hors de la logique de marchandisation

Il doit en être de même pour les secteurs de la santé, des collectivités territoriales, de l’éducation, des énergies et télécommunications, des transports, car aujourd’hui, c’est l’ensemble des services publics qui sont sacrifiés sur l’autel des profits.

Pour l’heure, SUD PTT 86 soutient pleinement les habitant-e-s de Poitiers-sud dans leur combat, ainsi que les postières et postier du bureau. Ensemble, usagers et comité de quartier, organisations syndicales et politiques, travailleurs et travailleuses de la Poste, élu-e-s et futur-e-s élu-e-s, continuons le combat pour le maintien de ce bureau de poste de proximité de Poitiers-Libération.

Ensemble nous allons gagner !

SUD PTT 86

Article suivant

Actualité de Jean-Richard Bloch : un intellectuel contre l'extrême-droite. Mercredi 3 juillet à Poitiers

sam Juin 29 , 2024
Le collectif universitaire « Déconstruire l’extrême droite », né en mars 2024, propose de prendreun peu de distance par rapport aux périls immédiats qui nous environnent : recul des démocratiesdans le monde, retour de la guerre au Proche-Orient et en Europe, développement des penséesxénophobes et racistes. .
//

Articles en relation

Flash infos