[photos] Mobilisation pour notre eau, notre santé, nos euros ce lundi 26 novembre

Lundi 26 novembre à 10h30, la Préfecture, Grand Poitiers, l’ Agence de l’Eau, l’ARS (Agence Régionale de Santé), la chambre d’agriculture et 4 associations environnementaliste et de consommateurs* ont signé le Contrat Territorial de la Zone de Captage de Fleury en mairie de Poitiers. Il s’agit d’un contrat pour l’amélioration de la qualité de l’eau de ce forage près de Lavausseau.

Fleury approvisionne la ville en eau potable à hauteur de 40% et celle-ci dépasse régulièrement les normes sanitaires au niveau des nitrates et des pesticides et doit être mélangée à l’eau du Clain pour repasser en dessous des normes.

Les changements climatiques font de l’eau une denrée vitale en danger (cf l’indispensable rapport acclima terra).

Pour les manifestant-es ** il s’agissait de rappeler qu’on ne peut pas se contenter de la politique des petits pas :

  • 6 ha acheté par Grand Poitiers pour contrôler la nature des cultures et l’absence d’intrants chimiques alors que la zone de provenance de l’eau de Fleury fait de plus de 2600ha
  • une agriculture productiviste qui promet de changer alors qu’il y a pas ou peu de subventions au passage en bio (et parfois même ne sont-elles pas payées)
  • une seule association de consommateurs et/ou environnementaliste (parmi les 4 qui signent) est associée au sein du sein des décisions du contrat et de ses applications alors que les satellites de la FNSEA sont légions

Or il y a urgence.

Alternatiba Poitiers, pour sa part, a profité de cette action pour interpeller la population et l’inviter à construire un mouvement citoyen pour l’eau potable, pour notre eau, notre santé et nos euros.

Parmi les demandes :

  • que les résultats des analyses de l’ARS en pesticides, nitrates, nucléides et autres polluants réalisées AU CAPTAGE MÊME (et pas seulement au robinet) soient rendus publics. Idem pour les autres captages.
  • que la préfecture classe la zone réelle d’où vient l’eau du captage de Fleury en ZSCE (Zone soumise à contrainte environnementale) ce qui permettrait de contrôler les intrants chimiques. Par trois fois Grand Poitiers l’a demandé en vain
  • que des outils de contrôle indépendant soient mis en place sur les intrants dans la zone élargie,
  • que des contraintes légales et financières soient associées aux engagement sur le type d’agriculture alors que le contrat actuel ne propose qu’une simple charte qui déroulent des promesses qui par ailleurs n’ont déjà pas été tenues dans le programme Re-Sources précédent
  • que des aides à l’agriculture bio soient proposées pour accompagner la transition des agriculteurs
  • que les associations environnementalistes et de consommateur fassent partie intégrantes de toutes les instances de décision et de suivi d e l’eau potable

Le prochain rendez-vous pour la manifestation nationale pour le climat le 8 décembre où il y aura aussi le thème del’eau

PC

* UFC Que Choisir, Vienne Agro-bio, Terres de Liens, Vienne Nature. Dernière minute : l’UFC-Que Choisir, Terre de liens et Vienne Agro Bio qui ont refusé de signer ce contrat-Ressources.

** Alternatiba Poitiers, ACEVE, Osons Poitiers, EELV, Ensemble!

 

1 Trackback / Pingback

  1. Buvons encore des pesticides grâce à la FNSEA ! – Pour une info rouge et verte dans la Vienne

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.