La crise de l’accueil des migrant-es. Bulgarie, pays de transit

Extrait d’un carnet de terrain (texte et photos) de Nédialka Tchalakova, Lucie Bacon et Olivier Clochard publié sur le site poitevin de Migrinter

Extrait d’un carnet de terrain (texte et photos) de Nédialka Tchalakova, Lucie Bacon et Olivier Clochard publié sur le site poitevin de Migrinter

22 mars 2016. Depuis près de cinq mois, Nédi (Nédialka Tchalakova) est accueillie comme volontaire en Bulgarie par l’association Center for Legal Aid. Le volontariat est organisé par Échange et Partenariat et le réseau Migreurop. Avant que Lucie (Bacon) et moi-même (Olivier Clochard) arrivions, une partie des rendez-vous avaient été préparé en amont grâce à la présence de Nédi qui était déjà sur place et sa connaissance du terrain. Après avoir passé cinq jours à Sofia (22-26 mars) où nous avons rencontré des avocats, des responsables d’institutions et d’associations ainsi que des migrants, nous sommes partis durant quatre jours (27-30 mars) à la frontière turque dans la région de Haskovo avant de revenir à Sofia. Puis à partir du 2 avril jusqu’au 5 avril, Lucie a poursuivi son voyage – comme de nombreux migrants – vers la Serbie.

(Lire la suite)

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Pétition professeurs des écoles 86 : Nous demandons la possibilité d’exercer à temps partiel !

mar Mai 21 , 2019
M. l'Inspecteur d'Académie de la Vienne, Nous sommes professeurs des écoles du département. Nous sommes engagés dans notre métier. Nous connaissons nos élèves, leurs familles, le contexte de l'école dans laquelle nous exerçons. En plus de notre temps de présence classe, nous travaillons le matin avant de prendre la classe, nous travaillons entre midi et 14h, nous travaillons le soir après la classe à l'école et puis encore chez nous, nous travaillons les week-ends, (...)
//