On peut le concéder, face aux images des gilets jaunes sur grand écran : les visages des gilets jaunes sont beaux : ce film est un portrait qui fait écho à d’autres : qu’en ont pensé les gilets jaunes de Poitiers ? Pas trop de mal, à en juger, non seulement les applaudissements, mais déjà par leur présence à l’avant-première du 27 mars dernier au Dietrich. 

Cependant, le réalisateur Gilles Perret présent au Dietrich ce soir-là le précise, comme François Ruffin dans ses interventions : le public visé n’est même pas un public qui calquera ses angoisses et galères du quotidien sur les témoignages des personnages du film : comme Merci Patron, ce public est à usage des indifférentes et indifférents : ceux qui passent en voiture devant les ronds-points, aperçoivent des inconnus avec un gilet jaune, et ne se disent pas « Ah, ils sont-là parce que la galère est devenue trop étouffante, ils ne voient plus le bout ni du tunnel ni de rien », mais plutôt « Ah, je vais être en retard à mon rendez-vous », ou au mieux « Je comprends, MAIS j’ai des impératifs, etc. ».  Ceci n’est pas une condamnation (d’où je parlerais pour faire la morale à qui que ce soit),  d’abord parce que tout le monde peut prendre de la distance et aborder le réel sous un autre angle : ce film en est un vecteur, pensé pour. 

Peut-être ne serons-nous, selon notre sensibilité, certainement pas émus par les mêmes personnages, mais sûrement nous retrouverons-nous sur certains symboles emblématiques du mouvement : les cabanes, souvenirs d’enfance, détruites inexorablement jusqu’à essoufflement de ses habitants, devenues objet poétique à l’écran.  

Ce n’est pas faire preuve de niaiserie que de dire que les visages de ce film sont beaux : pas plus que s’affirmer spectateur touché devant un autoportrait de Van Gogh, par exemple. Comme en peinture ou en photographie, on ne sait pas pourquoi ce visage nous a marqué plus qu’un autre. Ni au nom de quoi, dans J’veux du soleil, le timbre de voix de Loïc qui nous livre sobrement l’intimité de sa vie, « J’ai pas mangé depuis 3 jours, heureusement dans ma pizzeria, j’ai droit à une pizza gratuite par semaines », ça remue quelque chose en nous, calés au fond de notre fauteuil. 

Dans J’veux du soleil, les gilets jaunes apparaissent comme des portraits vivants : des expressions, des traits, des visages, des voix, leurs mots sur le réel. Un moyen de quitter l’indifférence, avant les barbecues printaniers sur les ronds-points, de Poitiers-Sud à Mignaloux-Beauvoir.

Alice Lebreton

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

La navette thermale de La Roche Posay devient un transport... payant

mar Avr 9 , 2019
Ou comment organiser une régression écologique. A partir du 1er Mai la navette thermale qui permet quelques déplacements (le matin vers les centres thermaux, l’après-midi vers le super-marché…) devient payante en passant aux mains de Gros-Châtellerault. Une décision qui va à contre-courant de l’évolution constatée dans plusieurs agglos en France […]
//