Une initiative des « Coquelicots du Calvados » relayée par Attac 86 au niveau local à diffuser auprès de vos contacts, collègues, voisin.e.s, ami.e.s, etc. 

Bonjour,

C’est le 27 octobre prochain que le Sénat examinera le projet de loi de ré-autorisation des néonicotinoïdes.

Le 6 octobre dernier, les député-e-s avaient majoritairement voté pour ce poison, à 313 voix contre 158. On peut retrouver ces votes sur https://trombi-neonics.agirpourlenvironnement.org/ .

Maintenant, interpellons les Sénateurs avant qu’il ne soit trop tard !

L’outil général est https://shaketonpolitique.org/interpellations/stop-neonicotinoide-parlementaires/ .

Ce sont les député-e-s LREM, de droite et du centre qu’il faut interpeller.

Au minimum, il faut se charger des 2 Sénateurs de la Vienne – Bruno Belin (LR) et Yves Bouloux (LR). Tous les jours jusqu’au 27/10, on peut aussi interpeller les Sénateurs des départements voisins…

Pour aller plus vite, voici un courrier que vous pouvez leur envoyer (en l’adaptant selon le sexe du sénateur destinataire).

Tenez-nous au courant de vos éventuelles réponses, SVP.

(Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,)

Le 27 octobre prochain au Sénat, vous devrez vous prononcer sur le projet de loi portant sur « la mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques« , plus précisément sur la ré-autorisation des néonicotinoïdes dans la culture de la betterave sucrière.

Je suis très inquiet si ce projet de loi était accepté au Sénat après l’avoir été à l’Assemblée nationale le 6 octobre dernier.

A mon avis, la ré-introduction des néonicotinoïdes comme insecticide dans l’agriculture est une très mauvaise nouvelle pour la préservation de la biodiversité et, en bout de chaîne, la santé humaine. Elle n’est pas non plus une solution à la crise économique qui touche la production des betteraves sucrières

Comme les associations environnementales et de défense des consommateurs ainsi que des syndicats agricoles et apicoles le rappellent, les agriculteurs de la filière betteravière souffrent de difficultés économiques structurelles, liées à la dérégulation du marché. Il faut des solutions économiques et agronomiques pour préserver les emplois et rendre cette filière plus résiliente, sans ré-autorisation de substances dramatiquement dangereuses pour la biodiversité et la santé.

De nombreuses études économiques et scientifiques attestent de la contamination et de la persistance des néonicotinoïdes dans les cours d’eau et les sols, bien au-delà des parcelles traitées, et de leurs effets létaux sur les abeilles et une multitude d’autres espèces : pollinisateurs sauvages, vers de terre, crustacés… et par ricochet sur les chaînes alimentaires, poissons, oiseaux etc.

Ainsi, on sait que les abeilles et les invertébrés des sols sont victimes d’une extinction de masse.

Ainsi, on sait que les molécules néonicotinoïdes ne connaissent pas de barrière physique ni temporelle. Elles sont stockées dans le sol où elles ont une permanence très longue, elles se dispersent au-delà des limites parcellaires, elles passent les barrières entre les espèces, elles sont maintenant présentes dans nos assiettes.

Déjà, on sait que le réchauffement climatique bouleverse les pratiques culturales. Peut-on imaginer sérieusement que la chimie de synthèse devienne la solution pour pallier aux dégâts dus aux sécheresses ?

Déjà, on sait aussi que la libéralisation du commerce international a engendré une crise de surproduction de la betterave et donc sa moindre rentabilité. Est-ce que ce sont les pucerons verts qui sont responsables de la fermeture de la raffinerie de Cagny ?

Déjà, on sait que l’agriculture intensive mène les paysans à l’endettement et au suicide.

Et on sait aussi que des alternatives existent, dans l’agro-écologie et les reconversions en bio. A quand les mesures d’accompagnement pour sortir de ce piège économique ?

Après avoir été interdits avec la Loi biodiversité de 2016, le retour des néonicotinoïdes est donc une proposition incompréhensible, qui interroge fortement sur les réelles priorités au moment même où un renforcement des politiques publiques environnementales est annoncé au plus haut niveau de l’État.

Je fais appel à votre clairvoyance pour protéger la biodiversité et la santé humaine, pour porter et mettre en oeuvre des solutions de long terme – qu’est-ce qui a été fait depuis 2016 ? – qui permettront de protéger et soutenir les agriculteurs d’aujourd’hui et de demain.

D’avance, merci d’adopter la seule position qui vaille en votant CONTRE ce projet de loi.

Veuillez agréer, (Madame ou Monsieur le Sénateur), l’expression de mes sentiments respectueux.

Pour votre information :

– argumentaire des ONG (26 pp.) : https://www.generations-futures.fr/wp-content/uploads/2020/10/oui-non-neonictoinoides-version-finale-151020-1.pdf

un focus Vrai/Faux : https://partage.agirpourlenvironnement.org/s/focus-vrai-faux-extrait-du-rapport-insecticides-neonicotinoides-et-filiere-betteraviere/

… basé sur le rapport (42 pp.) : https://partage.agirpourlenvironnement.org/s/insecticides-neonicotinoides-et-filiere-betteraviere-le-vrai-du-faux/

– FranceTvInfo : « Il y a plein de méthodes alternatives pour cultiver la betterave » sur https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/neonicotinoides-il-y-a-plein-de-methodes-alternatives-pour-cultiver-la-betterave-assure-un-chercheur_4129705.html

– un député LREM vote contre : https://www.actu-environnement.com/ae/news/neonicotinoides-projet-loi-vote-contre-jean-charles-colas-roy-interview-36223.php4

– « Il y a un consensus scientifique sur les néonicotinoïdes » sur https://www.mediapart.fr/journal/france/041020/vincent-bretagnolle-il-y-un-consensus-scientifique-sur-les-neonicotinoides

– « En bio, la betterave à sucre ne se trouve pas si mal » sur https://www.mediapart.fr/journal/france/140920/alternatives-aux-neonicotinoides-en-bio-la-betterave-sucre-ne-se-porte-pas-si-mal

– Les apiculteurs s’opposent aux néonicotinoïdes : https://www.unaf-apiculture.info/actualites/non-aux-neonicotinoides-les-apiculteurs-et-syndicats-de-l-union-nationale-de-l.html

et https://www.unaf-apiculture.info/actualites/vote-sur-les-neonicotinoides-pour-l-union-nationale-de-l-apiculture-francaise-c.html

Coordonnées des Sénateurs de la Vienne :

– Bruno Belin sénateur LR Mél : b.belin@senat.fr 

 Adresse Sénat : Casier de la Poste, 15 rue de Vaugirard, 75 291 Paris Cedex 06

– Yves Bouloux sénateur LR Mél : y.bouloux@senat.fr

Adresse Sénat : Casier de la Poste, 15 rue de Vaugirard, 75 291 Paris Cedex 06

Dom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Rencontres Michel Foucault 2020 – « C’est un scandale ! »

ven Oct 23 , 2020
À Poitiers du 3 au 6 novembre, tables rondes, conférences, films, spectacles, expositions « Mais c’est un scandale monsieur Barre » s’écriait Georges Marchais en 1977 avec la faconde de tribun dont il fit une marque de fabrique.« Tintamarre démocratique », « tohu-bohu contemporain » ou « tapage médiatique », […]
//