Durant le rassemblement autour de la Main Jaune, il a été décidé de former des groupes pour aller bloquer plusieurs ronds-points et grandes surfaces de la ville ainsi que l’autoroute.

J’ai suivi le groupe de l’autoroute, constitué d’environ 180 manifestants.

Il a été pratiqué successivement blocage complet dans le sens Bordeaux-Paris, blocage filtrant, puis un accord avec la police a été annoncé, selon lequel nous pourrions bloquer et débloquer alternativement sur des périodes d’un quart d’heure.

Durant toute la durée du blocage, la plupart des véhicules circulant dans l’autre sens manifestaient leur soutien en klaxonnant.

La police qui avait rapidement rejoint le lieu de blocage s’étant arrangée pour vider la voie de droite, un lot de cars de gendarmerie en a surgi.

Des gendarmes équipés de casque et bouclier en sont sortis et se sont placés en lignes  organisées pour repousser les manifestants hors de l’autoroute.

L’expulsion s’est faite très lentement dans la bonne humeur, sans heurts, et en chansons, les contacts entre gendarmes et manifestant ont été cordiaux, jusqu’au poste de péage, où après un moment les gendarmes ont déposé leurs casques.

Christian Haffner

 

 

 

 

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

18 décembre. Journée internationale des migrant-es, à Poitiers aussi

dim Déc 9 , 2018
Le tract des États Généraux des Migrantions
//