Tony Lainé, le psychiatre qui haïssait les murs

Tony Lainé et la psychiatrie poitevine, d’hier à aujourd’hui.

Par Eva Proust

Près de trente ans après la mort de Tony Lainé (1930–1992), sa fille, Anne, s’est lancée sur ses traces et sur l’influence qu’il a exercé au sein de la psychiatrie française. Mobilisant ses souvenirs, des documents d’archives conservés par l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) et des témoignages de ceux qui l’ont côtoyé, elle construit la mémoire d’un père disparu brutalement à l’âge de 62 ans. Dans son documentaire en préparation, Tony Lainé, le défi de la folie raconté à mon frère, elle met en lumière sa réflexion et sa pratique de la psychiatrie, qui ont durablement marqué le paysage poitevin des années soixante. (lire la suite ici)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.