« Dans le respect des orientations de l’OMS, de l’ONU, de l’Europe et du PNSE 4 (Plan National Santé Environnement (n°4) du ministère de la santé) , l’UFC-Que Choisir apporte sa contribution a la protection des défenses immunitaires. Vous connaissez déjà notre application gratuite QuelProduit (cosmétiques, produits ménagers , et alimentation). Voici aujourd’hui le bilan de notre étude sur la pollution de l’eau potable : toutes les analyses de toutes les communes sur 2 ans (2019 et 2020).

La 4e édition de la carte interactive de l’eau du robinet (une carte interactive de la qualité de l’eau en France) montre que si la plupart des consommateurs de la Vienne reçoivent une eau conforme en tous points aux critères réglementaires, 9 % d’entre eux en revanche reçoivent une eau polluée en pesticides agricoles et sélénium . Elle met également en lumière de graves carences tant pour la réglementation que pour les mesures de gestion locales en matière de pesticides et de perturbateurs endocriniens. Au vu de ces résultats préoccupants, l’UFC-Que Choisir de la Vienne demande une interdiction des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Ainsi qu’un renforcement urgent des exigences en matière d’analyses de critères devant être impérativement surveillés par l’Agence Régionale de Santé. L’UFC-Que Choisir invite les consommateurs de la Vienne à vérifier gratuitement la qualité de l’eau du robinet de leur commune* avec le lien https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/

Elle les invite aussi à signer la pétition pour que le Ministère de la Santé augmente les recherches de pesticides là où elles sont insuffisantes, avec le lien ici

Rappel en ce qui concerne notre département de la Vienne :

  • augmentation régulière des pollutions des sources d’approvisionnement (exception faite des ressources protégées par les forêts) ;
  • de plus en plus d’eau traitée dans des usines et installations de dépollution de plus en plus techniques et donc onéreuses (9 usines dans le département + autant à prévoir) pour un résultat flirtant toujours avec les limites acceptables ;
  • après traitement : une eau conforme à la réglementation pour seulement 91 % des consommateurs du département (nous devons exiger 100 %). Il reste 9 % soit 27 communes, 33 000 consommateurs, qui reçoivent une eau non-conforme ;
  • une origine des contaminations presque exclusivement liées aux pesticides agricoles Des pesticides perturbateurs endocriniens suspectés retrouvés dans une analyse sur quatre pourtant réputée conforme.

A la différence des autres polluants, les perturbateurs endocriniens (PE) peuvent avoir de graves conséquences sur la santé à très faibles doses et devraient de ce fait être strictement interdits en application du principe de précaution.

  • Des contaminations d’origine souterraine : le sélénium dont la présence dans les eaux révèle l’épuisement des nappes phréatiques notamment du fait de l’irrigation. Le sélénium, un composant naturel qui révèle l’épuisement des nappes phréatiques dû à l’irrigation. Bien que ce composé soit toxique, ses conséquences sur la santé sont à ce jour mal évaluées

L’UFC-Que Choisir de la Vienne demande aux pouvoirs publics d’assumer leurs responsabilités en faisant de la santé des consommateurs d’eau une priorité et donc :

  • d’intensifier les recherches de pesticides en lien avec les niveaux de risques et les types de cultures environnantes. Les consommateurs sont appelés à soutenir la pétition lancée en ce sens (lien ci-avant) ;
  • d’interdire la commercialisation des pesticides suspectés d’être des perturbateurs endocriniens en application du principe de précaution.
  • d’appliquer un principe de justice pollueur payeur qui n’est pas respecté, la dépollution étant payée par les factures des consommateurs.

____________________________________________________________

* L’UFC-Que Choisir a mis à disposition tous ses résultats sur une carte interactive, disponible ici. Il est possible de consulter la qualité de l’eau directement dans votre commune en tapant son code postal puis son nom. Il est également possible d’ajuster le rayon de recherche et de cliquer sur le pictogramme coloré qui apparaît pour obtenir plus de détails.

La carte synthétise le niveau de conformité pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques définis par la réglementation.

_____________________________________________________________

Existe-t-il d’autres solutions pour les consommateurs mécontents de la qualité de leur eau ?

  1. La solution souvent choisie des bouteilles porte les conséquences suivantes :

– beaucoup de déchets plastiques ;

– risques de pollution de l’eau par le plastique de la bouteille ;

– cela revient en moyenne à doubler la facture d’eau ;

– bilan carbone élevé en raison le la mise en bouteille et du transport.

2- La solution du puits ou captage individuel est risquée (car les analyses de 100 a 200 pesticides sont très coûteuses).

3 – Reste la solution du traitement individuel controversée.

4 – Dialoguer avec les élus (des communes de la Région et surtout des cantons) qui ont la charge de protéger notre santé.« 

Poitiers, le 23 avril 2021

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

[Vidéos-Photos] A Marçay le 2 juin, la bio pour tous

mer Juin 2 , 2021
Décidément, ce gouvernement est numéro 1 en matière de duplicité. Où comment faire le contraire de ce que l’on affirme avec force : « si, si, la bio, on soutient, on défend, on favorise,… » Foutaises ! Les interventions de représentants de Vienne Agrobio (vidéo ci-dessous de 10 mn) et des représentants […]
//