Le Titanic était insubmersible….les aciers inox des centrales sont inaltérables…

La CSC (« Corrosion Sous Contrainte ») se caractérise par la présence de fissures (micro, petites et grandes) consécutives à la dégradation de l’acier sous le double effet d’une corrosion et de contraintes mécaniques : contrainte/corrosion = fissures

Comprenez que l’acier est composé de « grains » de métal intimement liés entre eux et que la CSC désagrège cette liaison ; les fissures apparaissent.

Voyez sur :

http://n6a.free.fr/Support_cours/I2_M%C3%A9canique/Cours_du_CETIM_(Mr_HOLTERBACH)/Cours_Corrosion-Partie_3.pdf

Vous y trouverez de belles photos et illustrations expliquant le phénomène.

Ceci permet à EDF de ne plus parler de « fissures » puisque ce concept est couvert par celui de la CSC. Mais si les fissures ont disparu du langage du lobby nucléaire, elles sont de plus en plus présentes dans les tuyaux des centrales nucléaires !

Exit donc les « indications », « présomptions », « artefacts » ou autres « fissurations » : place à la CSC (ne pas confondre avec la CSG, SVP !).

Vous noterez qu’EDF ne dit pas quel produit est responsable de la corrosion ni quelle contrainte s’applique à ces tuyaux des circuits de refroidissement. « Les études sont en cours ». Elles ont débuté dans les années 70 d’après Marcel Boiteux, et on a bon espoir de les voir aboutir bien avant les démantèlements des tranches. Aux dernières nouvelles de source IRSN, la nature du produit chimique responsable de la corrosion n’est pas identifiés. Les études antérieures avaient identifiés le souffre, le chlore, l’hydrogène… Ce pourrait être aussi l’acide borique et/ou tous les additifs contenus dans le primaire. Ils sont tous indispensable au fonctionnement : les supprimer imposerait l’arrêt des réacteurs.

Quant aux contraintes, seules les thermiques sont suspectées. Pour l’instant les vibrations des circuits et autre séisme sont déclarées non coupable.

Le remède à cette maladie est donc très simple : il faut remplacer les tuyaux léprosés. Les commandes sont passées, mais les délais de livraison sont importants. Cela laisse le temps de former des soudeurs enfin qualifiés…

Grâce à ces réparations, nos réacteurs seront finalement et évidemment beaucoup plus sûrs qu’avant : vive la CSC !

Jacques Terracher

Rédaction

Article suivant

[tract] Manifestation le 11 juin contre le racisme et contre l’extrême droite, pour l’égalité des droits de toutes et tous, pour la justice sociale et climatique

sam Juin 4 , 2022
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, notre pays s’appelle Solidarité. Manifestation à Poitiers
//