L’apparente unanimité sur le sujet du « Tour de France à Chauvigny » nous questionne. La vitalité démocratique demande que se fassent entendre d’autres voix. Au milieu du tohu-bohu bigarré et envahissant qui voudrait nous faire croire qu’on est tous concernés et mobilisés par cet « évènement exceptionnel », la plus petite asso de la commune n’oublie pas l’un de ses objectifs : informer. Puisqu’une fois encore, la transparence n’est pas de mise du côté des élus.

Ce « grand spectacle » qu’on nous annonce comme gratuit coûte en fait à la collectivité 214 000 euros (chiffre annoncé lors du conseil municipal du 25 juin dernier). Nous avons pu nous procurer le budget détaillé de cette dépense.

Outre les 96 000 euros payés à ASO (Amaury Sport Organisation – société organisatrice du Tour), voici quelques extraits de ce budget :

  • banderoles 2 409 €
  • fanions, drapeaux (départ & mairie) 6 538 €
  • communication 8 420 €
  • barriérage 17 000 €
  • voirie 12 696 €
  • déchets (Simer) 2 323 €
  • fleurissement 17 143 €
  • animations 9 778 €

Dans la lettre d’info distribuée dans chaque boîte à lettres chauvinoise, on nous dit que cette étape du TDF est le résultat d’un travail de 10 ans de l’équipe municipale. N’aurait-on pu, à un moment ou un autre de ces 10 années, en informer les habitants et les y impliquer ? Leur demander leur avis concernant les dépenses entraînées par cette candidature ? (Bien évidemment, le chiffre annoncé n’inclut pas le budget de travail sur le sujet durant ces 10 années précédant l’évènement).

Sommes-nous les seuls à être choqués par les chiffres annoncés ?

Sommes-nous les seuls à être choqués par les chiffres annoncés ? Par exemple, avec le budget « fleurissement » le temps de cet été événementiel, ou encore avec le budget « barriérage », un(e) smicard(e) fait vivre sa famille pendant plus d’une année.

S’il s’agissait de dépenses essentielles à la vie de la commune, ces chiffres seraient acceptables. D’autant plus si ces dépenses s’inscrivaient dans un cercle vertueux et durable. Le contexte général (qui est le nôtre depuis quelques années) exige rigueur, vision et anticipation et range, à nos yeux, ces dépenses dans le camp des futilités. Futilités que nul ne peut plus se permettre.

Dans nombre de ses lignes, ce budget est un budget de communication, destiné à faire connaître notre ville dans 190 pays. Quelle entreprise dépenserait une telle somme sans avoir l’assurance concrète et chiffrée d’un retour sur investissement ? En février dernier, dans un film diffusé aux représentants des associations lors d’une soirée qui leur est annuellement dédiée, on entendait des maires de communes anciennement villes-étapes dire qu’ils ne savaient pas quelles avaient été réellement les retombées pour leur territoire.

Pour contribuer au dynamisme d’une ville, n’y a-t-il pas d’autre pari à prendre que celui du tourisme ?

Pour contribuer au dynamisme d’une ville, n’y a-t-il pas d’autre pari à prendre que celui du tourisme ? Vu le contexte – sanitaire, social, environnemental – les gens se déplacent moins loin pour leurs vacances. Alors à quoi sert que des habitants de contrées éloignées aperçoivent notre commune par le prisme des télés et du TDF ?

Une autre ligne de ce budget a attiré notre attention. Il y est écrit : « promotion du vélo et du sport ». Et le chiffre associé est…. 0 €. Est-il nécessaire de le commenter ? On pourrait tout aussi bien commenter le titre de la dernière des 4 pages du bulletin d’info : « Le terrain de sport du vélo, c’est la rue ! » D’acc’, mais juste le temps du passage du Tour de France, alors ! Et sans piste cyclable ni éducation au partage de la rue entre autos et vélos….

Le TDF ne fait donc pas étape à Chauvigny pour promouvoir le vélo et le sport. Nous n’avions aucun doute sur la question ! En effet, si le domaine du sport fut noble en d’autres temps, c’est aujourd’hui du business – du show-business. Un autre chiffre – toujours extrait du bulletin d’info – nous le confirme : cette « course mythique est dotée de 2,3 millions d’euros ». Dont une partie due à la générosité (naïve ?) des communes traversées.
Là encore, le mélange entre argent public et argent privé est indigne.
Tout comme il est indigne de faire croire aux gens qu’on peut consacrer autant d’argent, de temps de travail, d’énergie pour UNE journée de divertissement.

Le Tour de France cristallise tous les travers de notre société :

  • divertissement généralisé et infantilisation de la population (un peuple-enfant est plus facile à soumettre et tant qu’on le divertit, il réfléchit moins).
  • marchandisation de TOUT et dévoiement de domaines autrefois nobles, comme le sport, devenus show-business
  • gaspillage des ressources, par exemple le carburant nécessaire au déplacement, dans tout le pays, des équipes techniques, de la caravane et des spectateurs
  • pollutions diverses, dont les tonnes de déchets laissés au bord des routes par les spectateurs, les 18 millions de saletés sous blisters balancées par la caravane…
  • mainmise de Big Pharma sur le sport
  • invasion omniprésente de la publicité, destinée à nous faire acheter ce dont on n’a pas besoin et transformant coureurs et spectateurs en placards publicitaires
  • enlaidissement généralisé de nos paysages et de notre environnement, pour les raisons citées précédemment et aussi par le décor d’opérette affligeant dans lequel on nous contraint à vivre pendant tout cet été
  • mise en avant de la compétition et de l’argent comme valeurs de référence
  • enfin – et non des moindres – mariage malsain et toxique entre argent public et argent privé. Ici, c’est le TDF qui rackette l’impôt des communes.

Dans un contexte d’urgences environnementale et sociale grandissantes, le Tour de France est une relique de l’ancien monde. Il disparaîtra avec lui.

Quelques mots supplémentaires, sous forme de questions

On a demandé aux associations et habitants chauvinois de participer à la réussite de la « fête » en proposant des animations et en étant bénévoles. Est-ce là l’unique définition (locale) de la démocratie participative ?

Une fois disparu ce décor bariolé et mono-maniaque, les espaces laissés vacants ne pourraient-ils pas, tout au long de l’année, être investis par la créativité artistique des habitants ? Une manière de singulariser notre commune et de contribuer à son attractivité …..

Le 30 août 2020

Marie Mai & Thierry Fort, pour l’association « Actif Conscience Citoyenne »

Quelques photos de choses vues cette été à Chauvigny :

Rédaction

3 réactions sur “C’est notre « tour »…. de nous exprimer !

  1. Je rajouterais que c’est dès le début du Tour, fondé par un journal patriote à sensation au sortir de la 1° guerre mondiale, que cette épreuve est faite pour vendre du discours, du nationalisme et de la publicité.
    Les conditions de travail des coureurs sont souvent indignes et mettent leur vie et leur santé en danger, aujourd’hui encore.
    Comment sortir du sempiternel discours qui « héroÏcise », qui renvoie tout à la performance individuelle, d’un seul individu, toutes les actions d’un groupe, qu’il soit politique, sportif, social etc. ?
    Quelle activité physique promouvoir hors la compétition sportive ?

  2. Bravo pour votre dynamisme je suis impressionnée par la précision des renseignements et par vos revendications. Je boycotte le TDF.

    1. Merci Claire 🙂 Pis on s’est bien amusés, aussi. Un terrain de jeu idéal pour des activistes nocturnes pacifistes et espiègles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Une rentrée masquée mais en trompe l’œil

mar Sep 1 , 2020
Le masque masquerait-il autre chose ? Témoignage et interrogations d’un-e enseignant-e de la Vienne. À lire ici
//