Une pétition de l’association Min’de rien

« C’est une histoire qui se répète, beaucoup trop malheureusement mais la mobilisation citoyenne et solidaire collective continue de porter ses fruits. C’est pourquoi nous nous tournons vers vous aujourd’hui.

Cheick est un jeune homme plein de sagesse, doux et volontaire. Son parcours est semblable à beaucoup d’autres, rempli d’errance, de solitude mais pourtant d’espoir.

Né en 2000 en Côte d’Ivoire dans une famille pauvre, il a grandi à l’époque du phénomène « microbe » (après la crise de 2002 les jeunes comme lui étaient victimes de bandes armées). A la recherche d’une meilleure vie, il traverse pendant plus d’une année le Mali, la Mauritanie, la Lybie, le Maroc, l’Espagne, et arrive en France en 2016.

L’Aide Sociale à l’Enfance l’abrite pendant 11 mois à l’hôtel mais refuse de le prendre en charge considérant que ses papiers sont « frauduleux ».

Il est alors abrité par une connaissance tandis que le centre socio culturel des Trois Quartiers et l’association Min’de Rien l’aident à faire venir et légaliser des nouveaux papiers et à établir un passeport.

Cheick fête ses 18 ans avant d’avoir pu prouver sa minorité.

Il suit une formation de 9 mois pour apprendre à poser de la fibre optique, et dépose une demande de titre séjour « travail temporaire » car une entreprise veut l’embaucher. On lui remet un récépissé salarié sans autorisation de travail. Il n’a jamais ensuite pu obtenir cette autorisation de travail.

Il fait alors recours, et son dossier comporte la promesse d’embauche. Mais ce recours n’est pas accepté.

Il rencontre une famille qui devient son nouveau foyer, entame une nouvelle formation et au bout d’un an dépose une nouvelle demande de titre de séjour car une autre entreprise souhaite l’embaucher. On lui remet cette fois un récepissé travail temporaire avec autorisation de travailler, mais une semaine plus tard il reçoit une OQTF (obligation de quitter le territoire français).

Récemment suite à un contrôle d’identité voilà qu’on le menace de reconduite en Côte d’Ivoire. Assigné à résidence, il se rend trois fois par semaine au commissariat avant d’aller en cours, pour montrer qu’il est toujours à Poitiers. Il ne réussit plus à dormir ni à se concentrer sur ses cours.

Les raisons de son obligation de quitter le territoire :

– Le certificat de nationalité qu’il a présenté en 1er a été considéré comme étant frauduleux (il a obtenu un nouveau certificat de nationalité qui lui a permis de faire établir un passeport, mais cela ne suffit pas à l’administration française).
– La promesse d’embauche qui justifiait la demande de titre de séjour « travail temporaire », n’a pas été accompagnée du formulaire de demande d’autorisation de travail.
– Il est arrivé sur le territoire français sans visa longue durée.
– Il n’a ni femme, ni enfant en France, et sa mère est en vie.

Aujourd’hui Cheick a besoin de soutien. Sa mère n’a pas les moyens de subvenir à ses besoins. Sa vie est maintenant ici. Il mérite de pouvoir continuer ses projets et a besoin pour cela d’un titre de séjour.

Il est connu pour son attitude positive. Il ne fait de mal à personne.
En attendant de   pouvoir travailler il apprend un nouveau métier dans un secteur en demande, et obtient de bons résultats.
Il a un cercle d’amis stable, une famille d’adoption, une petite amie.
Il s’est adapté et s’est fait apprécier dans les lycées qu’il a fréquentés, dans les entreprises où il a fait des stages, dans les associations où il a fait des activités culturelles et éducatives, dans les festivals où il a fait du bénévolat, et dans les familles qui l’ont hébergé.

Il veut être un bon citoyen, être comme tout le monde.

Nous sommes solidaires et nous voulons agir pour un monde juste, alors signez cette pétition et faites-la circuler !

Merci d’avoir lu cette histoire jusqu’au bout ! »

Signez la pétition ici

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

À Niort les travailleur.euses du spectacle occupent le Moulin du Roc

ven Mar 12 , 2021
//