Communiqué d’Osons 2020

« Alors que la population poitevine adresse chaque jour des remerciements appuyés aux éboueurs et éboueuses, nous regrettons que notre municipalité choisisse de les empêcher d’exiger leur dû et ainsi d’ajouter aux tensions existantes en envisageant le recours possible à la réquisition d’agent·e·s par un courrier de demande envoyé à la préfecture.

Pour Osons 2020, si l’action municipale doit s’exercer, c’est à destination de la direction de l’entreprise Urbaser pour qu’elle agisse à la hauteur des enjeux sanitaires et sociaux, et non pas en installant un rapport de force avec celles et ceux qui assument chaque jour des risques pour le bien de toutes et tous.

Le maire de Poitiers doit intervenir auprès de la direction de l’entreprise pour soutenir les éboueurs et éboueuses et demander à ce qu’elle leur verse la prime instaurée par le gouvernement.

Pour Osons 2020, cette situation est une conséquence directe du choix de Grand Poitiers de déléguer cette mission publique de première nécessité à une grande entreprise cotée en bourse.

Nous proposons un retour en régie municipale de cette activité, ce qui permettrait de protéger et valoriser les employé·e·s tout en favorisant les activités relatives au réemploi, la réutilisation et au recyclage à l’échelon local. »

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Le savoir des équipes de soignants enfin valorisé à nouveau

mar Avr 14 , 2020
Un article de Pascal Boissel, méde­cin psychiatre à Poitiers, militant d’En­semble 86 « En 2018 et 2019 les personnels hospitaliers, les urgences et la psychiatrie au premier plan, ainsi que les agents des Ehpad ont dénoncé dans la rue et par mille moyens une situation dramatique pour leurs secteurs d’activités. L’austérité […]
//