A EKITOUR, nous développons un regard critique sur le système touristique et, en particulier, sur l’impact de la catégorie « touriste » sur l’hospitalité des personnes de passage tout comme sur les lieux et communautés d’accueil ; nos actions en témoignent depuis longtemps et nous voulons faire de Poitiers un terrain de pratiques vertueuses.

La COVID-19, un révélateur ?

La crise sanitaire, dans laquelle nous sommes plongés depuis plus d’un an, a eu la lourde conséquence de réduire, de façon autoritaire, notre droit au voyage. Cette situation improbable et totalement inattendue a fait prendre conscience que la forme de tourisme dominant n’était pas la seule et qu’il existait un autre tourisme ; un tourisme ignoré des pratiques dominantes et des statistiques mais un tourisme présent au quotidien dans nos lieux de vie.

Ce tourisme caché se révèle avec la crise sanitaire et le doctorant Prosper Wanner (Université de Paris, SCIC Les oiseaux de passage) a publié un article à ce sujet, intitulé: Du «droit à la ville» au «droit à la mobilité». Pistes pour une critique socio-spatiale de la définition du «touriste».

Son hypothèse est que les définitions statistiques, réglementaires et fiscales les plus utilisées pour la définition de « touriste » agissent performativement sur les lieux, en limitant profondément l’accès à l’espace urbain à ceux qui ne tombent pas dans la définition, comme les migrants, les travailleurs saisonniers, les étudiants et toute une série d’autres identités mobiles.

Vers des formes d’hospitalité inclusive !

Dans ses conclusions, il met en avant des expériences d’hospitalité qui cherchent à mettre en pratique des formes d’hospitalité inclusive de différents types de mobilité. Et il écrit qu’avec la crise du Covid-19 , cette tendance semble s’ancrer dans la durée au sein du secteur du voyage :

  • Accueil de travailleurs locaux,
  • Offres de télétravail,
  • Solidarité avec les étudiants,
  • Accueil social, services aux habitants,

entrainant l’émergence de nouveaux services, tarifs, modèles économiques et politiques publiques.

La Caserne, une opportunité à Poitiers !

L’opportunité qui s’ouvre avec la réhabilitation de l’ancienne caserne de pompiers de Pont-Achard doit permettre à EKITOUR et aux acteurs de l’ESS, de mettre en place ces formes d’hospitalité inclusive à Poitiers avec :

  • Une activité type Auberge de jeunesse tout au long de l’année, liée à l’accueil des gens de passage, jumelée avec celle d’une Résidence Habitat Jeunes, liée à l’accueil des jeunes étudiants/salariés durant l’année (voire en fonction des besoins une ouverture en logement saisonnier sur la période estivale et aussi une offre intergénérationnelle).
  • Des services de vacances et de voyages en lien avec des entreprises de l’ESS spécialisées dans le tourisme social et solidaire.

Pour mener à bien ces activités, il faut avoir une approche permettant la rencontre, la mixité sociale, l’échange interculturel dans une pratique éco responsable quotidienne, en lien étroit avec les habitantes et habitants, leurs histoires, leurs productions, leurs créations.

Daniel Lodenet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Portrait de militant.e : Héloïse Morel

dim Mar 14 , 2021
Un article de « La Vienne démocratique » Héloïse est militante et bénévole au planning familial de la Vienne depuis sept ans. Le planning familial étant membre du « collectif du 8 mars », elle participe et organise de nombreuses actions et campagnes pour la semaine du 8 mars mais aussi pour […]
//