Communiqué d’Attac 86

Mardi 23 juillet, à 16 h 10 les députés ont voté en faveur de la ratification du CETA par 266 voix pour et 213 contre. Mis à mal dans le débat public, poussés dans leurs retranchements, interpellés comme jamais – près de 380 000 messages ont été envoyés aux députés par les internautes – l’exécutif et la majorité ont multiplié les approximations, omissions et contre-vérités pour obtenir une ratification expresse du CETA, pendant l’été. Alors que la mobilisation va se poursuivre à la rentrée, notamment en lien avec le mouvement des jeunes pour le climat, constatons que contrairement aux propos de M. Houlié, député LREM de la Vienne qui n’hésite pas à affirmer dans les colonnes de la presse local du 25 juillet que « la mobilisation de la majorité a été totale pour en contrôler les mesures, les effets et les insuffisances » cette majorité semble plutôt « gêner aux entournures ». Elle montre des signes de faiblesse ayant subi de nombreuses défections dans ses rangs (52 abstentions et 9 votes contre sur 304 élu.e.s LREM) malgré la pression mise par l’exécutif jusqu’au dernier moment. Soit le plus mauvais vote enregistré par la majorité depuis le début du quinquennat de M. Macron.
La balle est maintenant dans le camp du Sénat qui va être amené à examiner et à voter sur ce texte. Attac continuera à se mobiliser notamment aux côtés du collectif Stop TAFTA/CETA pour contribuer à bloquer la ratification du CETA.

Dom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Il s’appelait Mamoudou Barry…

sam Juil 27 , 2019
Info transmise par « D’ailleurs nous sommes d’ici (DNSI) Il s’appelait Mamoudou Barry, il était enseignant chercheur à l’université de Rouen. Vendredi 19 juillet 2019, il est mort des suites d’une agression raciste sous les yeux de sa femme et de sa fille de 3 ans.Parce que nous ne nous résignons […]
//