Quand les inepties se multiplient, la maladresse ne peut pas servir d’alibi ; et comme nous sommes persuadés que nul n’est malveillant, pour apporter remède à l’insuffisance, il faut se réunir pour l’évaluer.

Tout avait pourtant bien commencé : le labeur des ouvriers nous avait dessiné un lac de 85 hectares, abondé par la nappe phréatique de St Cyr ; cette eau limpide sur le fond de carrière, avait osé la couleur émeraude des laquettes de montagne et autres plages de Bretagne ; nos élus bien inspirés, avaient posé la base nautique offerte aux vents de la vallée. On était bien !

« On était bien ! », mais comme la chanté Nino Ferrer : « Un jour ou l’autre, il faudra bien qu’il y ait la guerre… » Supposait-il que l’homme naturellement bon n’en est pas moins naturellement c.. ? Car enfin, après avoir utilisé les deniers publics pour construire la Base nautique, qui aurait pu imaginer que les contribuables (communes alentours) soient à nouveau mis à contribution pour, notamment, planter plus de cent arbres sur la presqu’île, et autres haies multipliées pour couper le vent ?

La raison cachée est certainement moins celle de l’imbécillité que du « sauve qui peut » : l’eau limpide du Lac de St Cyr est devenue grise, et les algues y prospèrent abondamment ; près du toboggan, à la sortie d’une canalisation, il y avait ces derniers jours une odeur pestilentielle. En outre, les fertilisants et désherbants déversés sur les dizaines d’hectares du golf, ne constituent-ils pas une pollution majeure ; enfin, l’abondance d’arbres qui étouffent la belle lumière du plan d’eau, n’est-elle pas une vaine tentative pour absorber une partie des nitrates qui descendent dans le lac.

Nul ne devrait s’accommoder de ce danger pour les baigneurs et autres compétiteurs aquatiques, à fortiori puisqu’il s’agit d’un faux dilemme déjà résolu en d’autres lieux : par l’usage du green synthétique, ou mieux encore, au golf 100% écologique du Bois-Guy d’Ille et Vilaine.

Pour ne rien faire, l’argument bateau souvent avancé – c’est une question d’argent – ne serait pas recevable.

Certes, toute bonne intention a des limites, et les contributeurs sont amenés à choisir. Ici évidemment accompagner la voile et la natation, comme ailleurs on accompagne l’athlétisme, le foot…

Mais peu imagineraient que ce soit pour venir combler un « déficit » du golf (qui n’est pas l’UFOLEP) et celui de son restaurant qui n’est pas une cantine.

Jacques TOURET

29 septembre 2019

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

[vidéo] "Nouvelle cordée" Le dernier film de M. M. Robin passera à Poitiers le 20 novembre

ven Oct 4 , 2019
En présence de Marie Monique Robin au CGR Castille. Le film est parrainé par Télérama, Alternatives économiques, Causette et Radio France Bleu « C’est l’histoire de l’expérimentation « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée », qui a été lancée dans l’agglomération de Mauléon (Deux-Sèvres) en 2015. À l’époque, Pierrick, Anne, Sébastien […]
//