Une tribune publiée sur EducPros.

Depuis le début du mois de février, les universités françaises connaissent un mouvement des étudiants et des personnels contre la loi ORE. Cette loi modifie en profondeur les conditions d’accès à l’enseignement supérieur. Si elle propose de vraies avancées pour accompagner la diversité des publics et leur permettre une meilleure intégration dans les cursus de formation supérieure, elle instaure également, par le tri des lycéens, des modalités permettant la sélection des étudiants en fonction de leur profil académique. Votée en mars dernier, cette loi s’applique désormais à l’ensemble des établissements.

Pensée pour éviter les tirages au sort dans les quelques filières dites « en tension », la loi ORE et les faibles moyens qui l’accompagnent ne permettent pas d’améliorer l’accueil et la réussite des étudiants dans un contexte de progression démographique importante, pourtant prévisible de longue date.

Accueillir tous les étudiants et les accompagner dans une perspective de réussite et d’insertion professionnelle doit rester un vrai projet de l’enseignement supérieur public, de démocratisation et d’émancipation de la jeunesse de notre pays. Cette ambition n’est possible qu’en garantissant réellement l’accès des néo­bacheliers aux formations auxquelles ils aspirent.

Cela suppose, au-­delà des modalités d’accès à l’enseignement supérieur, de mettre en place un vrai dispositif public d’orientation et d’accompagnement des étudiants tenant pleinement compte des projets des bacheliers.

Cela nécessite également des moyens humains et financiers récurrents à la hauteur de cet objectif au moment où la plupart des universités gèlent des postes d’enseignants, d’enseignants-chercheurs et de personnels BIATSS pour simplement maintenir les budgets à l’équilibre, au moment aussi où de nombreux établissements doivent faire face à des amphithéâtres et groupes de travaux dirigés surchargés, où le recours aux vacataires et aux personnels contractuels progresse, où les tâches administratives sont de plus en plus lourdes, tandis que les financements lourds, extra-budgétaires du PIA façonnent un nouveau paysage de l’ESR, mettant en concurrence les établissements et renforçant la concentration des moyens sur quelques-uns d’entre eux.

Toutefois, les capacités d’accueil définies dans chacun des établissements obligent aujourd’hui à trier les dossiers des étudiants. Cette nouvelle modalité pose un vrai problème éthique car elle ne reconnaît plus systématiquement l’universalité du baccalauréat comme diplôme d’accès à l’enseignement supérieur. Elle aura également des conséquences immédiates sur les personnels en modifiant le sens même de leur métier, les détournant des tâches qui assurent ordinairement la réussite des élèves et étudiants. Elle exige par ailleurs un travail important d’analyse des dossiers des étudiants sur l’ensemble des formations alors qu’il aurait sans doute été plus simple de se concentrer sur les filières « en tension », en y affectant des moyens humains et financiers à hauteur des besoins.

Le légitime mécontentement exprimé par la communauté des personnels et des étudiants depuis plusieurs semaines touche de nombreuses universités et bloque complètement certaines d’entre elles. L’arrêt ou la perturbation des activités dans ces établissements fait peser de très lourdes menaces sur le bon déroulement des activités pédagogiques et scientifiques et met en péril la tenue des examens de fin d’année.

Pour éviter des conséquences dramatiques pour les étudiants, les personnels et plus globalement pour les universités, nous appelons le gouvernement à ouvrir rapidement des négociations avec toutes les parties prenantes de ce conflit pour discuter des modalités concrètes de mise en œuvre de Parcoursup. Seule la concertation et la reprise d’un dialogue responsable permettront d’apaiser la situation de blocage dans laquelle se trouvent plusieurs établissements et d’ouvrir de réelles perspectives pour un meilleur accueil de tous les étudiants et favoriser leur réussite.

Les signataires de la tribune

– Joël Alexandre, université de Rouen-­Normandie
– Olivier David, université Rennes 2
– Nathalie Dompnier, université Lumière-Lyon 2
– Rachid El Guerjouma, Le Mans université
– Yves Jean, université de Poitiers
– Hélène Velasco, université Bordeaux-Montaigne

Rédaction

2 réactions sur “Parcoursup : six présidents d’université (dont Poitiers) demandent l’ouverture de négociations

  1. Lesdits président.e.s ne semblent pas avoir entendu (ou même simplement écouté) les revendications des étudiant.e.s et personnels mobilisé.e.s et appellent seulement à « ouvrir rapidement des négociations avec toutes les parties prenantes de ce conflit pour discuter des modalités concrètes de mise en œuvre de Parcoursup. » Les comités de mobilisation exigent l’abrogation de la loi ORE et du dispositif parcoursup. Pas des discussions techniques pour permettre son application.

  2. En premier lieu, tous mes remerciements pour la qualité des informations offertes sur votre site. En complément aux analyses proposées sur la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) et aux réactions de défense de la liberté d’accès à l’université de tous les bacheliers, j’aimerais souligner le fait qu’à l’échelle locale, cette loi peut avoir de réelles conséquences sur l’ascension sociale des jeunes générations.
    En 2015, France Stratégie (anciennement commissariat général du Plan, institution rattachée au Premier ministre) avait livré une étude sur la géographie de l’ascenseur social français dont les résultats plaçaient les départements de l’ex-région Poitou-Charentes parmi les espaces les plus au bas de l’échelle. Dans les enquêtes 2003-2013, « les mesures (pour le Poitou-Charentes) ont révélé qu’un peu plus d’un quart seulement des enfants d’ouvriers et d’employés ont connu une mobilité ascendante dans les générations les plus récentes » (p.50).
    Soutenir l’accès au plus grand nombre à l’Université de Poitiers en lui donnant les moyens d’accueillir et de former « les enfants de la démocratisation scolaire » est donc essentiel.

    Pour accéder au document : « La géographie de l’ascension sociale » par Clément Dherbécourt http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/note-36-geographie-ascension-sociale-ok.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Mobilisation du 19 avril à Poitiers

jeu Avr 19 , 2018
il y avait autour de 600 manifestant-es (dixit France 3) en cette période de vacances scolaires et universitaires. Ambiance chaleureuse et chaude Photos de JP Bujeau et une vidéo de la NR/Centre Presse
//