Pour la 2e fois, un samedi jaune est annulé à Chauvigny.

Après l’acte XV, l’acte XXII. La personne organisatrice sur place a reçu la visite de la gendarmerie qui lui a parlé d’un arrêté préfectoral et d’une décision municipale, et l’a menacée, elle et les autres organisateurs, d’une garde à vue et d’amendes pour les manifestants si l’évènement était maintenu.

Le maire a pourtant publiquement déclaré son soutien aux Gilets Jaunes lors de ses vœux officiels en début d’année (devant un parterre de personnes toutes invitées à l’évènement) et également lors de réunions de quartiers.

Cette annulation se fait dans le silence, à l’insu de tous. Elle est symptomatique et emblématique de tout ce qui se passe dans cette ville. Ou plutôt de tout ce qui ne se passe pas.

Une expression unique, celle du petit monarque absolu. Quelques gueux qui osent élever la voix pour prononcer des gros mots (démocratie participative, transparence, information….), aussitôt méprisés et humiliés publiquement. Des décisions prises sans aucune consultation ni information des habitants mis devant le fait accompli.

Aucune place pour la différence, quelle qu’elle soit. Aucune place pour la libre expression.

Je me sens, ici, de plus en plus comme un lion en cage.

Dans cette cage, il y a bien quelques autres lions, mais plutôt timorés. Il y a aussi, en grand nombre, des moutons – dont certains sont bien heureux du moment qu’on nettoie le trottoir devant chez eux, qu’on répare le lampadaire du pâté de maison et qu’on ajoute un container pour les ordures (doléances classiques des réunions de quartiers). Il y a aussi d’innombrables autruches. Les cancans et les bêlements – si cancan et bêlement il y a – ne vont pas plus loin que la pratique d’un sport national très répandu localement : râler. Mais, globalement, il n’y a pas de colère, pas d’indignation, de celles qui poussent à l’action.

On pratique ici – et on laisse pratiquer – une politique à l’ancienne, celle du vieux monde. Sans aucune conscience des urgences sociales et écologiques d’un monde où tout s’accélère. Hors-sol !!

Lors d’un récent débat sur la transition, à Poitiers, autour d’un film de Marie-Monique Robin, la réalisatrice a dit : « On a les élus qu’on mérite ». Possible. Mais je crois aussi que des années de règne autoritaire fabriquent des habitants résignés, fatalistes, individualistes, indifférents.

La vague jaune, les marches pour le climat, les mouvements de désobéissance civile me réjouissent et me donnent de l’espoir. Mais je crains de devoir faire le constat que ce sont des mouvements essentiellement urbains.

Ici, dans ce micro-territoire de macronie, les graines que nous sommes quelques-uns à tenter de semer restent encore à la surface d’une terre brûlée. Et, pour agir au sein d’autres groupes militants, je dois faire de la route, des kilomètres – ce qui me rend un peu schizophrène, rapport à mon empreinte carbone. Mais ça m’est essentiel, vital pour supporter les barreaux de la cage et continuer à tenter de semer, là où je vis.

Et continuer à croire en ces 3 mots qui font, aujourd’hui, ressembler tous les palais d’État à des décors de théâtre ou des écrans de publicité mensongère: Liberté, Égalité, Fraternité.

Une chauvinoise en colère

2 Comments

  1. Pourquoi cette personne ne se fait-elle pas connaître, certains auraient pu l’aider…
    Pourquoi dans un autre cas cette « chauvinoise en colère » ne prend elle pas le leadership d’organisation? sinon ça ne sert à rien

  2. Chauvinoise en colère, je suis solidaire avec toi . Il a été parlé d’un arrêté préfectoral et d’une décision municipale n’autorisant pas notre manifestation en tant que Gilets jaunes ? Si tu décides avec ton groupe de prendre RV et d’aller rencontrer le maire pour obtenir le respect de notre droit à manifester, dans notre petit territoire, j’irai avec vous. Moi perso, je ne peux guère me déplacer à Poitiers pour plusieurs raisons ( quoique je sois venue une fois à l’acte 10 ), mais à Chauvigny où j’habite, oui, tant que nécessaire.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.