Un article de M. Belaali.

« La France, dans le cadre d’un capitalisme en crise, tend lentement vers un régime que personne ne sait encore comment qualifier. Mais peu importe les adjectifs et les qualificatifs. Tous les ingrédients d’une décomposition sociale, politique et morale sont bien présents : chômage, précarisation et ubérisation du travail, guerre contre toutes les avancées sociales, gestion criminelle de la pandémie, corruption d’une grande partie de la classe politique, menace publique de putsch, persécution des musulmans etc. etc.

Les associations caritatives et les banques alimentaires qui fleurissent un peu partout comme la misère d’ailleurs qui leur permet d’exister et de se développer sont un autre signe de cette régression sociale généralisée. Cette situation non seulement perdure, mais se dégrade encore de jour en jour. Et toute révolte d’envergure est impitoyablement réprimée. La répression sauvage et les châtiments corporels d’un autre âge infligés aux Gilets jaunes (mains arrachées, yeux crevés, visages défigurés, crânes fracassés etc.) en est un exemple éloquent et affreux à la fois. Car la richesse doit rester, vaille que vaille, concentrée entre les mains d’une seule et même classe sociale. » (lire la suite ici)

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

2007 fin des Comités Antilibéraux, 2017 fin du Front de Gauche.

sam Mai 15 , 2021
Voilà deux riches expériences qui ont permis à de nombreux citoyens, militants syndicaux, associatifs, membres ou non de partis politiques de se côtoyer et de construire de possibles alternatives. Pour le sud vienne, avec le départ sans bruits de plusieurs dizaines de sympathisants, la fin de la deuxième expérience était […]
//