Dans un lycée de la Vienne majoritairement masculin, des lycéennes ont affiché lundi 07 juin des textes et propos féministes, appuyés de chiffres afin de sensibiliser leurs pairs, notamment au sujet de propos sexistes souvent entendus au lycée.

Le 8 juin, leurs affiches avaient été recouvertes par des affiches appelant à la haine des femmes et des féministes : on y voit une femme à genoux, attachée comme un chien à un poteau et appelant à abandonner une féministe cet été. Une autre affiche se moque de propos féministes à partir de stéréotypes sexualisés et discriminatoires : une femme à la pose lascive s’oppose à une femme laide, grosse et vieille dénigrée, le titre demande : « Laquelle préférez-vous ? ». Ainsi la misogynie, le sexisme sont clairement assumés dans ces affiches. Comme le stipule la CNT-SO éduc ( STER-NA ) dans son communiqué publié dès le 9 juin sur Web86, il s’agit de délit et non pas d’opinion. Le chef d’établissement a signalé le fait au Rectorat, a posé une main courante et a diligenté une enquête interne. Pour l’instant aucun personnel du rectorat ne s’est déplacé comme c’est le cas fort justement quand un établissement est visé par de l’incitation à la haine raciale ou quand la laïcité est atteinte, comme c’est pourtant le cas ici. De plus, il s’agit bien là d’une violence et d’une intimidation faite aux lycéennes. C’est toute la communauté éducative qui devrait se sentir également agressée dans ses valeurs de mixité.

Une troisième affiche ancre clairement les auteurs de ces affichettes dans l’extrême-droite : en effet le montage, qui parodie les affichettes féministes des lycéennes, tourne en dérision la gauche, le titre de l’affichette s’intitule : « La fiesta gaucho ». Ce montage montre aussi des figures d’extrême-droite : Jean-Marie Le Pen ( FN ), Eric Zemmour, Jean Messiha (RN ), et associe Louis Napoléon Bonaparte à ces figures d’extrême-droite. On y voit aussi des humoristes comme Pierre Dac et une citation de Lino Ventura : « le rire patriarcal ». Des essais d’auteurs réactionnaires, d’extrême-droite ou masculinistes sont cités : Le premier sexe ( Eric Zemmour ), J’ai mal à la France ( général Bigeard ), Les particules élémentaires ( Michel Houellbecq ), L’amour et la guerre, répondre aux féministes ( Julien Rochedy – FN – ). On s’étonnera de telles références « old school » chez d’éventuels auteurs lycéens…

Le lien avec les idées d’extrême-droite est donc clair et revendiqué. Un article de Médiapart dans une enquête fouillée, montre que l’antiféminisme est un des piliers de l’utradroite, ou néo-fascisme ( article réservé aux abonné.es ) : Un antiféminisme vecteur de terrorisme .

Le collectif 8 mars ( FSU86-Solidaires86-CGT86-Ensemble86-NPA86-PC86-Planning86 ) dénonce aussi dans un communiqué publié le 10 juin sur Web86, le sexisme des affichettes et fait le lien, tout comme le communiqué de la CNT So et l’appel inter-orgas pour former des cortèges féministes ci-dessous , avec la marche pour les libertés et contre les idées d’extrême-droite le 12 juin à 14h30 plus que jamais d’actualité.

Ce sont donc des idées dangereuses. Les signaux sont en effet au brun, notamment avec l’ internaute gifleur qui s’est radicalisé sur internet ( il suivait des comptes d’extrême-droite, masculinistes et complotistes ) et le youtubeur Papacito qui met en scène des tirs contre un gauchiste de façon macabre. Matthieu Suc et Marina Turchi démontrent que le passage à l’acte de cet internaute correspond aux profils de l’ultradroite esquissés dans un rapport du Parquet général en mars ( source : Médiapart : Des profils si proches de l’ultradroite – article réservé aux abonné.es )

Communiqué du collectif 8 mars ( 9 juin )

Le Collectif 8 mars dénonce fermement les affichettes sexistes et d’appel à la haine à l’encontre des féministes, ainsi que la glorification des idées d’Éric Zemmour, collées dans les couloirs d’un lycée de Poitiers a priori le 7 ou 8 juin. Ces affichettes haineuses sont dans la lignées des tags antisémites au collège de Chauvigny et des croix celtiques (tags fascistes) sur le local du PCF le 1er mai. Sans en connaître les auteurs, il s’agit bien d’idées masculinistes de l’ultra droite.

Nous rappelons que le féminisme lutte contre les violences masculines faites aux femmes mais également contre l’ensemble des formes de discriminations des oppresseurs et pour une société apaisée.

Nous vous donnons RDV samedi 12 juin pour la marche des libertés et contre les idées d’extrême-droite à 14h30 place de la mairie à Poitiers.

Le Collectif 8 mars de Poitiers

Collages effectués par le collectif des colleuses aux alentours du lycée, a priori ce matin du jeudi 11 juin

Communiqué de la CNT-so : ( publié sur web 86 dès le 8 juin )

Appel unitaire intersyndical et inter-orgas qui rappelle les dangers de l’extrême-droite contre les droits des femmes et appelle à former des cortèges féministes le 12 juin, lors de la marche des libertés et contre les idées d’extrême-droite

Article de France Bleu du 8 juin au soir mentionnant les affichettes : Des affichettes sexistes découvertes dans les couloirs du lycée Nelson Mandela à Poitiers

Dédicace… :

The Linda Lindas : Racist, sexist boy ( Live at LA Public Library mai 2021 ), Epitaph Records, morceau composé après que l’une d’entre elles ait subi une remarque et attitude raciste d’un camarade de classe lors de l’arrivée de l’épidémie il y a un an.

SLM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Coup de gueule du planning familial 86

ven Juin 11 , 2021
Publié sur le facebook du Planning familial 86 à 15h, le 11 juin : Un communiqué qui réaffirme les valeurs féministes à rebous de celles d’extrême-droite et qui dénoncent la montée des idées fascisantes en France avec une intensité cette semaine. [Coup de gueule] Ces derniers mois, les attaques fascistes […]
//