Vendredi 5 mars, plusieurs dizaines de militant.es mobilisé.es contre les bassines projetées dans les Deux-Sèvres se sont retrouvé.es devant les locaux, puis à l’intérieur des locaux de la chambre d’agriculture du département. Une action préparée discrètement et qui a réussi son objectif : mettre en évidence la parfaite mauvaise foi des autorités et des promoteurs des bassines qui clament à qui veut l’entendre que toute l’information est disponible, que les règles sont respectées, que les opposants à ces « réserves de substitution » (c’est plus technique que « bassines ») n’ont rien compris, etc. etc.

Et non, toutes les infos ne sont pas disponibles, Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, d’abord opposée aux bassines puis partie prenante des discussions pour mettre en place un protocole, validant les dites bassines a récemment pris ses distances avec le protocole d’accord signé fin 2018 affirmant en novembre dernier :  » Je constate que […] les engagements individuels des agriculteurs ne sont toujours pas définis, de même que les engagements collectifs de la profession agricole afin d’organiser la mutation de l’orientation de l’agriculture et l’orientation des volumes d’eau destinés à l’irrigation agricole au bénéfice des pratiques à développer en réponse aux attentes des citoyens« .

Il semblerait que les réunions de travail n’avançaient pas beaucoup et dans un flou complet…

Autre objectif de cette opération de BNM79, installer une « chambre d’agriculture citoyenne » pour montrer que la population doit être partie prenante du devenir de l’eau qui est tout sauf une marchandise dont on peut disposer comme on l’entend. Surtout quand ce sont les contribuables qui paient pour le bénéfice de quelques-uns !

No Bassaran !

Ci-dessous, le communiqué de presse de « BNM79 ». Reportage également sur France Bleu Poitou (https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/deux-sevres-action-des-anti-bassines-a-la-chambre-d-agriculture-1614956211)

Site de BNM79 : https://bassinesnonmerci.fr/

Dom

Une réflexion au sujet de “Une « chambre d’agriculture citoyenne » dans les Deux-Sèvres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Public, privé... même propagande

dim Mar 7 , 2021
Vu à Poitiers cette publicité pour une marchandise quelconque (qu’on a effacée). Elle énonce clairement la propagande habituelle pour une autre marchandise : la force de travail. Que l’on soit salarié-es du privé ou du public, c’est toujours à la même sauce que l’on nous vend : travailler plus, gagner […]
//