Un billet de Marie Mai

J’ai grandi dans une famille chrétienne, pour qui, donc, Noël avait du sens. Bien que pas très sensible à ce sens, j’attendais ce moment de l’année parce que mes parents nous faisaient à chaque fois écouter le même disque : il racontait une étrange transposition, en Provence, de l’histoire de Noël et de la naissance du minot, intitulée « La pastorale des santons de Provence ». C’était conté par un ange à la grande gueule, à l’accent délicieusement provençal, équipé d’une trompette dont il faisait un usage très bruyant dans les moments d’émotion. Ce que j’aimais dans cette histoire tient dans les tout derniers mots, qui me touchaient profondément : après un ébouriffant coup de trompette, l’ange -Bouffarou, c’était son nom :-)) – terminait par un lyrique et chaleureux :  « Joyeux Noël ! Et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! ».

Il me semble constater qu’on croit de moins en moins au Père-Noël et à la supposée magie du moment. Pourtant, tous ces gens dans la rue récemment – dont j’ai été aussi le 5 décembre, et bien des fois avant – que font-ils d’autre que manifester une croyance ? Celle qu’ils peuvent enrayer l’énorme rouleau-compresseur d’une irrépressible machine mise en place pour détruire et dont tous les moyens sont bons et légitimes pour le faire.

Pourtant, ce qu’ils font par-dessus tout, c’est secouer la fatalité et la résignation ambiantes, combattre leur désespoir et leurs peurs et mettre à l’épreuve leur courage. À l’épreuve du sort qui peut à tout moment les empêcher de rentrer sains et saufs à leur domicile.

Il n’y a plus beaucoup de gens, sans doute, qui donnent encore à Noël son sens originel, celui de la célébration de la venue d’un sauveur. La croyance en l’avènement d’un sauveur, elle se manifeste davantage à chaque passage dans l’isoloir, pour une grande ou une petite élection. Et aujourd’hui, où sont-ils, ces prétendus « sauveurs » issus des urnes ? Tout en haut, ils nous maltraitent, nous oppressent et détruisent dignité et espoirs. Et plus près de nous, ils sont absents. Plus que tout, leur silence est assourdissant, au sujet des violences policières. Quel maire, dans notre département, a pris publiquement la parole pour dire qu’il s’oppose à ce qu’on maltraite la population ? Lequel de nos 4 députés s’est soucié des blessés et traumatisés lors des dernières manifs ou des différents actes des Gilets Jaunes ? Sont-ils à nos côtés dans les manifs et autres marches ? Triste et affligeant constat de leur irresponsabilité, de leur inconséquence, de leur négligence et de leur absence de courage.

L’époque est rude : elle nous enseigne, de manière très brutale, à ne plus croire en ceux et celles supposées nous représenter. À abandonner la sorte de confort qui consistait à se reposer sur d’autres, à les laisser décider pour tous et à leur demander de régler nos petites et nos grandes misères. À prendre nos responsabilités, à remonter nos manches et à mettre nos mains dans le cambouis. À nous défaire de nos réflexes ultra-individualistes et égo-centrés. À apprendre très vite ce que peu ont appris : le sens de l’intérêt général et des biens communs….. À nous autonomiser, chacun-e de nous et la collectivité entière.

On ne peut compter que sur chacun-e d’entre nous et sur la somme de nos bonnes volontés. Le sauveur n’existe pas, ni ici ni ailleurs. Le sauveur c’est nous tous et toutes, ensemble.

Et puis, s’il ne doit rester qu’un truc du message de Noël, c’est qu’il parle d’Amour. Ce n’est ni ringard, ni galvaudé, bien qu’un peu négligé et trop réduit à l’amour-propre. Sauver l’Amour, pour ça aussi il faut se battre.

Alors…. Trompette ! 😉 Joyeux Noël ! Et paix sur la terre aux humains de bonne volonté !

Le 20 décembre 2019

Marie Mai

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Communiqué des personnels du lycée Mandela Poitiers

dim Déc 22 , 2019
Les personnels du lycée Nelson Mandela – Poitiers se sont réunis jeudi 19 décembre en assemblée générale avec leurs organisation syndicale FO, FSU et CGT. Ils restent mobilisés pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites et pour l’amélioration du système de retraites actuel. Ils sont prêts pour […]
//