Un article d’Héloïse Morel

« L’Écriture inclusive, langage épicène, dégenré, non sexiste, autant d’appellations qui abondent ces dernières années dans les discussions sur les réseaux sociaux, dans la presse, à l’université. Échanges houleux entre l’Académie française et les défenseuses d’une écriture inclusive où le masculin comme neutre ne s’érigerait plus comme règle absolue de la langue française. D’aucun•es pratiquant le latin se souviennent des trois genres, masculin, féminin et neutre ; l’allemand et plusieurs langues gardent ces usages que le français, en se transformant au fil des derniers siècles, a gommés au profit du neutre. La neutralisation de la langue française, construite au 19e siècle, met un terme aux usages courants du Moyen Âge et de l’Ancien Régime, qui incluent le féminin, notamment en féminisant (lire la suite ici)

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Ekitour invitée à « Séquence midi » sur Radio Pulsar

ven Avr 16 , 2021
Tour d’horizon des projets d’EKITOUR (tourisme solidaire) en 8:07 chrono par Nadége Ailhault, gérante de la SCOP ! À écouter ici. .
//