Hier le contrat « Re-sources » pour l’amélioration de la qualité de l’eau du captage de Fleury (près de Lavausseau) qui concerne l’eau potable d’une bonne partie de Grand Poitiers, a été signée entre les collectivités territoriales, l’État, l’Agence de l’eau et la chambre d’agriculture dominée par la FNSEA (cf article ici)

Le contrat est un engagement, sous forme de charte, à moins polluer l’eau souterraine qui sert à notre eau potable, le tout avec l’argent des consommatrices et contribuables que nous sommes.

L’encre du contrat n’était pas encore sèche que la FNSEA déversait du fumier devant la permanence de deux députés de la Vienne pour protester contre la hausse des taxes sur les produits phytosanitaires (des pesticides). Pas un mot des porte-paroles de la FNSEA pour demander des aides pour passer au bio.

De son côté le député Turquois, grand défenseur des « bassines » (article ici et aussi là), se dit dans la presse  injustement attaqué « j’ai pris des coups en défendant un certain nombre de positions, comme sur la question du glyphosate où j’ai défendu la progressivité et non l’interdiction immédiate ».

Peut-on faire confiance en l’État Macron (préfecture, législation, député de la majorité, ARS) et au satellites de la FNSEA (dont la chambre d’agriculture) pour réduire les intrants chimiques ?

Oui, répond Grand Poitiers et la Région.

Non, ont répondu l’UFC-Que Choisir, Terre de liens et Vienne Agro Bio qui ont refusé de signer ce contrat-Ressources.

Alternatiba Poitiers, avec bien d’autres,  appelle à construire un mouvement citoyen pour IMPOSER un arrêt de la pollution des sols et donc de notre eau, le gaspillage de notre argent et la mise en danger de notre santé.

À Poitiers le 7 décembre aura lieu un rassemblement des « Coquelicots » pour l’interdiction des pesticides et le 8 décembre le thème de l’eau sera présent dans la mobilisation pour le climat

Stop ou encore ?

Pascal Canaud

Rédaction

2 réactions sur “Buvons encore des pesticides grâce à la FNSEA !

  1. Et buvons de l’eau en bouteille plutôt que de l’eau du robinet grâce aux écolos de la Vienne, qui passent tant de temps à dénigrer cette dernière !

    Bon j’exagère un peu. Mais je tenais à dire la chose suivante : je suis d’accord avec l’article et c’est bien de dénoncer la politique agricole sur les pollutions de captage à Fleury mais depuis que cette histoire est sur la place publique, je ne vois aucune prudence sur la manière de porter ce discours.. Pour quelqu’un qui ne connait pas le sujet, il pourrait en tirer la conclusion que « faut pas boire l’eau du robinet » donc préférer l’eau en bouteille. Ce serait bien de remettre les choses en place et rappeler que malgré tout il faut continuer à boire l’eau du robinet et la défendre !

    Pourquoi ? Parce que la pollution par le plastique des bouteilles, parce que le transport routier de l’eau en bouteille ….. et tout simplement car beaucoup de captages pour l’eau en bouteille connaissent le même type de problématique agricole que ceux qui alimentent les réseaux donc ça résout en rien le problème..

    Si on ne fait pas ce rappel, on entretien la méfiance envers l’eau du robinet et ça favorise un climat dans lequel se développent de tout un tas de discours irrationnels, de manipulations et de contre-vérités scientifiques : ceux qui disent que l’eau du robinet n’est pas potable… et les charlatans (dont certains issus de sectes comme l’anthroposophie) qui avancent ou vendent des trucs pour que votre eau soit feng shui, dynamisée, biocompatible, le fait qu’il faut parler à son verre d’eau et autres bêtises

    L’enfer est parfois pavé de bonnes intentions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Ravage de l'abandon des villes moyennes

mar Nov 27 , 2018
Se déplacer dans la Vienne et bataille du rectorat
//