Sans doute entre 1500 et 2000 personnes sont venues manifester à l’appel unitaire « en solidarité avec Georges Floyd et les autres ».

Une manifestation à dominante très jeune (des collégien-nes aux premières années de fac), très « black, blanc, beur » comme disent les grands médias lors des coupes du monde de football, pour aussitôt après oublier la réalité plurielle du pays.

La jeunesse de tous les pays vit sur la même petite planète et a ses propres canaux de mobilisation. Cela se voyait à travers les nombreux panneaux qui faisaient référence à Georges Floyd mais aussi à l’utilisation de l’anglais

ou la demande (vaine) devant le commissariat que la police mette un genou à terre.

Le lien évident était fait avec les Georges Floyd français

y compris dans le slogan le plus repris tout au long de la manifestation :

« Justice pour Adama !

Plusieurs prises de parole spontanées qui revendiquent l’égalité réelle des droits, la fin de la discrimination raciste. Devant la gare « liberté, égalité, fraternité » a été scandé : beau programme qu’il reste à accomplir.

et le poing levé revient comme symbole de la lutte, à l’exemple des États Unis !

Des « reporters » bien particuliers filmaient la manifestation

À ces moments-là on voit l’architecture du commissariat pour ce qu’elle est : un blockhaus, un bunker. Belle traduction par l’État de sa relation aux citoyen-nes !

Plusieurs pancartes faisaient état non pas d’un « sentiment d’injustice » – comme on dit dans les médias mainstream – mais bien de discriminations racistes répétées.

.

La police était la cible de bien des pancartes et slogans

L’idée est simple

Comme le disait de nombreux discours improvisés, aujourd’hui quelque chose a changé. Mais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin

La police, comme un peu partout, s’est fait plutôt discrète. Rien à voir avec la répression des Gilets Jaunes à Poitiers notamment, à voir ici et Il faut dire que Macron est affaibli (enfin !) et qu’il ne veut pas prendre le risque de déclencher une spirale répression/manifestation.

La manifestation commença place d’Armes,

fit le tour des rues piétonnes,

puis le rythme rapide de la manifestation a perdu bien des « moins jeunes » avant de descendre à la gare, Porte de Paris puis retour place d’Armes

De nombreuses organisations de gauche était présentes et à l’initiative de la manifestation car la gauche – à l’exception du Parti Socialiste – c’est les partageux et les antiracistes.

.

Un mot pour tout résumer ?

Prenons soin de notre force ! « The unlimited power of beauty »

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Manif antiraciste du 6 juin à Poitiers : Podcast et Photos

lun Juin 8 , 2020
Un podcast signé « Incidents en fin de journée » : ambiance sonore, slogans et paroles de manifestant-e-s, ainsi que quelques photographies.
//