« Les vacataires de l’université de Poitiers sont confrontés à des situations de précarité qui ne font que s’aggraver.

Beaucoup d’entre nous travaillent sans contrat. Par ailleurs, au prétexte des difficultés générées par la mise en place de la NOF (Nouvelle Offre de Formation), les vacataires de l’UFR Sciences Humaines et Arts (SHA) ont appris le 3 janvier 2019 par un courrier de la présidence pourtant daté du 9 octobre 2018,qu’ils seraient « très certainement [rémunérés] dans le courant du premier trimestre 2019 ». Or il s’agit là de délais de paiement ordinaires des vacataires, et malgré l’indication faite dans ce courrier d’une information régulière des vacataires à ce sujet, c’est à l’issue de diverses sollicitations que nous avons appris que les paiements ne pourraient avoir lieu avant le mois d’avril dans le meilleur des cas.

Pour dénoncer la condition qui nous est faite et le net manque de considération dont elle témoigne, et surtout pour réclamer des contrats de travail, le paiement immédiat des heures effectuées au premier semestre et la mensualisation, nous avons pris la décision de faire grève : la semaine du 11 au 17 mars 2019 sera une semaine sans précaires !

Nous allons assurer des présences dans le hall de l’UFR et tous les soutiens que nous pourrons trouver pour diffuser l’information seront les bienvenus. »

Les vacataires de l’UFR SHA, de l’Université de Poitiers

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

[vidéo, photos] Gilets jaunes à Poitiers : dans quel pays vivons-nous ?

dim Mar 10 , 2019
La préfecture avait interdit tout rassemblement ce samedi à Poitiers ce qui est une décision liberticide inédite pour un mouvement social à Poitiers. La place du Marché, lieu de rassemblement des Gilets jaunes était verrouillée par un contingent hallucinant de forces de l’ordre qui fouillaient tout le monde, à chaque […]
//