communiqué de presse.

« Depuis la fermeture de la maternité du Blanc, il y a plus d’un an, les femmes du territoire de la Brenne doivent faire une heure de route pour aller accoucher. Conséquences : plusieurs femmes ont accouché dans des conditions dangereuses ou non souhaitées : chez elle, dans un hôpital qui n’était pas l’hôpital de leur choix… Et pour toutes les femmes (ainsi que pour la personne qui les accompagne), cette heure de route représente une véritable angoisse : quand partir ? Ni trop tôt, ni trop tard…

Le collectif Cpasdemainlaveille dénonce la façon dont la maternité a été fermée, sans réelle mise en place de solutions alternatives sécurisées pour les femmes du territoire. Le centre de périnatalité est aujourd’hui peu fonctionnel : consultation gynécologique seulement 2 jours par semaine, pas de sage-femme de garde 24h/24, pas de lit pour un accueil post-accouchement, aucune solution sécurisée pour le trajet domicile/maternité.

A la vue du manque de moyens mis en place par l’hôpital de Châteauroux/Le Blanc pour accompagner cette fermeture, le collectif Cpasdemainlaveille a mis en place au début de l’été le « PACK’1h de route », disponible pour les futurs parents de la Brenne souhaitant sécuriser leur trajet vers la maternité lors de leur accouchement. Au cours de l’été, deux familles ont pu utiliser ce pack et deux autres ont été prêtés pour des accouchements prévus prochainement. Les citoyens s’organisent pour sécuriser cette heure de route en attendant que la direction de l’hôpital Châteauroux/Le Blanc prenne ses responsabilités. »

Le Blanc, le 29 août 2019

Contact : cpasdemainlaveille36@gmail.com

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Arroser son champs en plein soleil ?

ven Août 30 , 2019
« Ce communiqué entend répondre à l’article de la presse locale « Vienne : pourquoi peut-on arroser ses champs en plein soleil ? » du 7 août 2019 inspiré par Jean-Louis DURAND, chercheur bio climatologue de l’INRA, docteur directeur de recherche, dont personne ne remet en cause la compétence et le sérieux. […]
//