Collectif poitevin « D’ailleurs Nous Sommes d’Ici » (DNSI°

En soutien à Fluturie et à sa famille, un nouveau rassemblement est prévu devant la préfecture de Poitiers

Non aux expulsions

La situation est simple. Il s’agit d’une famille, 3 enfants, 10,16 et 19 ans, et leurs parents. Arrivés en France il y a un peu moins de deux ans, pour se protéger, et protéger leurs filles. Alors que les enfants vont à l’école, les parents ont reçu le 6 novembre 2018, une obligation de quitter le territoire français, décision de la préfecture des Deux-Sèvre, confirmé par le Tribunal Administratif de Poitiers.

Maintenant que les vacances scolaires sont là, la peur s’accentue, l’expulsion semble imminente. Plus de recours possible, plus de moyen si ce n’est une mobilisation et un refus d’expulser cette famille. Pour au moins les soutenir nous appelons à un rassemblement le

lundi 18 février à 18 h à la préfecture de Poitiers.

Cette famille est à Niort dans un hôtel dans l’attente du jour J, assignée à résidence. Une autre famille est dans la même situation. Elles doivent 3 fois par semaine pointer au commissariat. L’État fait vivre un enfer, une pression, à des gens qui sont là parce qu’en danger en Albanie. La famille demande l’Asile, des titres de séjour, pour le papa malade et qui a besoin de soin, et pour Fluturie, pour les études, on ne les entend pas et la machine frappe fort.

Dans le lycée Kyoto où est scolarisée en service restauration Fluturie, la plus grande des enfants, ses camarades se mobilisent et font signer des pétitions. A Niort, des associations se mobilisent et au collège du plus jeune aussi.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Scandaleux et révoltant !

dim Fév 17 , 2019
Les gilets jaunes battent le pavé depuis plus de 2 mois pour faire comprendre à l’ensemble des citoyens français qu’il y a 9 millions de pauvres qui survivent en France (environ 15% des gens vivent avec moins de 1000 euros par mois et par personne). Cela n’a pas empêché les […]
//