Déambulation et lecture ce lundi 26 avril du Prologue de « La Supplication » écrite par Svetlana Alexievitch ayant pour origine « l ‘Appel Mondial du 26 Avril 2021 aux femmes du monde entier ! »

TCHERNOBYL 35 ans après !

« Le 26 avril 1986, des opérateurs ont désactivé des dispositifs de sécurité…et ce fut l’accident ! Une zone de 2600 km² , zone morte, a été évacuée, dont la ville de PRIPIAT et ses 50 000 habitants.

Un sarcophage construit après l’accident contient la majeure partie des 190 t du combustible resté dans le cœur fondu du réacteur. »

« Plus de 20 ans après, il a fallu construire une arche au-dessus du sarcophage fragilisé, finie en 2019 et financée par l’ Europe en grande partie, pour un montant de 1,5 milliards d’€. »

« Un centre de stockage et de traitement, inauguré en 2008, devrait un jour accueillir 75 000 m³ de déchets radioactifs. Quand ? Nul ne le sait ! »

Un autre accident nucléaire est-il possible en France ?

« L’ ASN ne l’exclue pas…mais pour faire accepter l’idée, elle préfère mettre l’accent sur l ‘obligation d’en réduire les conséquences !

Avec le fameux plan ETHOS !

Ce programme exporté ensuite à Fukushima, encourage le retour des populations dans des régions à la radioactivité ambiante élevée.. Comment faire ? C’est facile ! Il suffit de multiplier par 20 la dose admissible !! »

Et qu’en est-il du nombre de morts… ?

« Quelqu’un a dit récemment qu’il n’y avait pas eu de morts suite à l’accident de Tchernobyl !!?? Dire zéro mort, c’est nous conforter dans le mythe d’une industrie non dangereuse, ni mortifère !

Avec la radioactivité, on ne meurt pas sur le coup, mais des années après, en subissant de grandes souffrances. Un rapport publié en 2006 par l’ OMS a estimé le nombre à 9000 morts , par cancer…

un rapport de Greenpeace concluait que 93 000 décès dus à la catastrophe avaient été enregistrés dans les 15 ans suite à l’accident…sans compter les malformations des enfants !!

Et n’oublions pas les jeunes liquidateurs, recrutés en URSS, au nombre de 600 000 minimum. »

Et aujourd’hui ?

« Le césium 137 et le strontium 90, toujours présents dans les sols, sont entrés dans la chaîne alimentaire. Si le Césium 137 s’ accumule dans l’organisme, on constate une augmentation du taux de cancer, de pathologies cardiovasculaires, surtout chez les enfants, plus de malformations congénitales et de leucémies… »

Quant à la nature, elle serait intacte aujourd’hui !?

« Michel Fernex a écrit un rapport sur les malformations de hirondelles, la croissance perturbée des arbres et les radiations empêchant la décomposition des végétaux…

Et lors du gigantesque incendie survenu près de Tchernobyl en 2020, 8 % du césium présent dans les sols auraient été relâchés dans le ciel européen. »

« L’accident nucléaire de Tchernobyl, actuellement dans sa phase post-accidentelle, n’est pas terminé. Tchernobyl est toujours en cours…

Le devoir de mémoire s’impose. »

Rédaction

2 réactions sur “Tchernobyl : marche commémorative de l’accident nucléaire à Poitiers

  1. Merci à WEB86 de diffuser texte et photos sur notre action en hommages aux victimes de TCHERNOBYL, si nous pouvions en avoir autant de la part de notre journal local la NR 86, nous en serins heureux. Mais c’est loin d’être le cas de se journal local et régional ou EDF a ses entrées « gratuites ».
    lL France, le pays le plus nucléarisé au monde est à la merci d’un accident majeur sur l’un de ses 56 réacteurs nucléaires et leurs installations qui, avec le vieillissement, ont de plus en plus « d’incident » qu’EDF minimise pour ne pas affoler le public. Citoyens dormez tranquilles, EDF maîtrise tout.
    Il faut quasi savoir que le pilotage, la maintenance, l’entretien courant, les contrôles des réacteurs sont réalisés par des humains soit des salariés d’EDF soit par de la main d’œuvre (de plus en plus) en sous-traitance qui ont leur propre limite.
    Et comme le rappelait une militante, habitante de Morthemer, il y a qq années un pilote aux commandes des réacteurs, malgré le contrôle de la médecine du travail a été victime d’un très grave accident cardiaque, heureusement à un moment où il n’était pas de service.
    Je vous laisse imaginer si cet accident cardiaque du pilote des réactions nucléaires de Civaux était arrivés à un moment crucial du fonctionnement de la centrale.
    Non le nucléaire n’est pas sûr. les accidents comme celui de Tchernobyl et plus récemment celui de Fukushima, nous le démontrent avec tous les conséquences irréversibles.
    Bon courage et continuons à résister et à demander le développement d’autres énergies alternatives beaucoup moins risquées.
    J Luc Herpin

  2. Localement l’association STOP CIVAUX est en sommeil. Mais la vigilance reste de mise : des personnes participent à l’instance de sécurité de la centrale nucléaire de Civaux et posent des questions.
    Au niveau national, le RÉSEAU SORTIR DU NUCLEAIRE civil et militaire (www.sortirdunucleaire.org) est la fédération de plus de 900 associations et 61000 personnes. Elle diffuse sur son site et une revue trimestrielle.
    Jean Marie Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Elections Régionales en Nouvelle Aquitaine : dans la Vienne, ça se corse…

lun Avr 26 , 2021
Oui, jour après jour, la physionomie des élections régionales prend des allures de puzzle géant avec des configurations et alliances qui varient au gré des annonces d’Alain Rousset, actuel président de la Région. On n’ose plus dire « président socialiste de la Région » car le mot socialiste semble même être de […]
//