…pour structurer les quartiers ensemble: se nourrir, habiter, se soigner, échanger, travailler, s’informer, …

jeudi 13 février: Alternatibar de 19h à 22h à l’envers du Bocal à Poitiers 16 ter rue de la Regratterie

En faisant le constat que le système actuel conduit à l’extinction du vivant et à l’augmentation des injustices sociales et démocratiques, il est plus que temps de le changer. Il faut construite tous ensemble une alternative enviable, résiliente et résistante. Pour cela, on a besoin de vous:

Comme pour le village 2017, les objectifs premiers sont :

la sensibilisation du public aux conséquences du dérèglement climatique et à la surexploitation de la nature et de sa biodiversité par l’Humain,
montrer des solutions d’adaptation tant au niveau individuel que collectif (collectivités locales, communales, intercommunales, régionales, …) qui permettent une empreinte moins importante vis à vis des écosystèmes, et réduisent notre impact sur la planète.

Mais ça ne suffit pas! nous devons changer de cap radicalement, passer à l’action, au niveau individuel et collectif. Voici nos premières idées et axes:

  • les questions au centre: la sobriété, l’éthique, l’entraide, l’autonomie et la solidarité.
  • des thèmes, organisés par quartiers, basés sur nos besoins essentiels: se nourrir, se soigner, se cultiver, s’informer, échanger, ..
  • des ateliers interactifs préparés par des associations ressources et des habitants
  • l’implantation du village dans un quartier plus populaire que le centre ville de Poitiers, avec une population diversifiée, dont une partie est éloignée de ces préoccupations, mais qui pourtant vit déjà les conséquences de ce système.

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

[communiqué] Le loup dans la Vienne, réaction de "Vienne Nature"

mer Fév 12 , 2020
« Les récentes observations de loup ici en Charente, ailleurs en Vienne, où l’authentification n’est pas attestée, sont l’occasion de rappeler deux faits très importants : tout d’abord, le loup est une espèce protégée par la loi, inoffensive pour l’homme, comme le prouve sa présence depuis des décennies en Espagne (2600 […]
//