Communiqué des « Soulèvements de la terre » :

Ce mardi après-midi, une centaine de personnes s’est installée à quelques kilomètres du chantier de la méga-bassine de Sainte-Soline sur des parcelles privées, à l’invitation du propriétaire.

Cet ex-irrigant la coop de l’eau Vienne est aujourd’hui fortement critique du modèle bassine et a décidé, après avoir mené une enquête approfondie sur la question, de réorienter son modèle agricole. Il souhaite pouvoir contribuer par cet accueil sur ses parcelles à la mobilisation de ce week-end.
Il s’agit pour les militants anti-bassines et naturalistes de mettre en place un espace accueil camping pour faciliter la préparation du rassemblement anti-bassine dans de bonnes conditions.

Cette installation survient alors que la préfecture a annoncé hier soir des mesures liberticides d’interdictions de manifester extensives sur un périmètre de 11 communes.

Ces interdictions vont faire l’objet d’un référé-liberté par les syndicats – CGT et Solidaires – qui avaient appelé à la manifestation. Elles comptent bien se faire entendre, avec l’appui d’élus et juristes quant au respect du droit fondamental à manifester et dénoncer la criminalisation du mouvement écologiste et social.
Des milliers de personnes sont attendues les 29 et 30 octobre à Sainte-Soline à l’appel de plus de 150 organisations  paysannes, syndicales ou écologistes pour la mobilisation nationale « pas une Bassine de + ». Les organisateurs sont sereins et certains que les manifestant.es parviendront à se retrouver et à manifester comme lors des derniers évènements malgré les obstacles que cherche une nouvelle fois à mettre en place la préfecture.

Toutes les infos pratiques (arrivée, repas, dormir…) sont sur https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/29-30-octobre-pas-une-bassine-de-plus

Dom

Article suivant

[vidéo] Sacha Houlié suggère l'utilisation du 49.3 pour le budget des Collectivités territoriales

mer Oct 26 , 2022
C’est ce que rapporte la présidente du groupe Insoumis à l’assemblée nationale lors du point presse de ce jour. À 2’20
//