Lu dans le Monde du 18/07/20  » la lutte anti nucléaire ne fait plus recette »

Un titre accrocheur… et révélateur !

Les mobilisations seraient-elles un marché que se disputent ONG et politiques ? un marché où les « produits » seraient eux-mêmes en concurrence : la défense du climat serait plébiscitée mais il n’y aurait plus que des anciens « routiniers » pour fournir l’effort de prendre en compte le danger nucléaire, incommensurable et bien caché ?

Les ONG à but non lucratif (mais lucratives quand même) rechignent désormais à inscrire cette cause rébarbative au catalogue. Ainsi Alternatiba : « la lutte contre l’atome n’a pas été identifiée comme centrale. Le choix a été de se concentrer sur des messages simples pour que tout le monde puisse s’en emparer ».

Ainsi, sous couvert de démocratie cool, on choisit la facilité des objectifs gagnables : au lieu d’intégrer la lutte antinucléaire dans une action générale en faveur de la planète, on la détache du climat puis on l’oublie et, à la faveur de cet oubli, les tenants du nucléaire reprennent du poil de la bête. Ils se montrent confiants sur le long terme. « Le fait que le nucléaire ne soit plus au cœur du débat joue en notre fa­veur », veut croire un patron du secteur. « Sur le climat comme sur l’emploi, on est parti­culièrement bien placé ». L’article reprend en gros leurs arguments sans distance critique et leur offre une belle publicité avec photo : une cinquantaine de militants des « Voix du nucléaire » dénoncent la fermeture de la cen­trale de Fessenheim comme « crime climatique ».

Ce renversement s’appuie sur des contre-vérités qui mériteraient un examen approfondi :

Lu sur une pancarte : « moins de nucléaire = plus de charbon » Eh bien non ! Les énergies renouvelables et surtout la sobriété peuvent compenser l’arrêt de la production nucléaire. Au niveau mondial le nucléaire ne satisfait que 2 % des besoins ! Tant de désastres irrémédiables pour un résultat aussi dérisoire !

Le bilan carbone, qui sert de « certificat de bonne conduite » au nucléaire, repose sur des tromperies en cascade : La bonne conduite ne se réduit pas à « l’écologie », qui ne se réduit pas à la « lutte contre le changement climatique », qui ne se réduit pas à la « lutte contre les émissions de gaz à effet de serre », qui ne se réduit pas à « l’affichage du bilan carbone », qui ne se réduit pas aux données incomplètes fournies par l’industrie elle-même.

Le nucléaire est en réalité une activité :

  • dévoreuse d’espace, d’énergie, de ressources : ( uranium, acier, béton…) de l’extraction de l’uranium jusqu’aux déchets, à la construction comme à l’entretien, pendant le fonctionnement et des millénaires après
  • très difficile à moduler : les ralentissements et même les arrêts momentanés des réacteurs ne réduisent ni les émissions de carbone ni les dangers de contamination radioactive. Toutes ces nuisances sont impossibles à réduire, que l’électricité soit produite ou pas, consommée ou pas. Dans cette « logique de l’absurde », la fuite en avant est la seule perspective…
  • et, surtout, toute la chaîne du nucléaire est propice aux abus de pouvoir, dissimulations et malversations en tous genres…

L’article conclut : « La bataille de l’atome n’est pas encore terminée.» Dans cette bataille, les journalistes du Monde semblent avoir choisi… une ambiguïté de mauvais aloi !

Ce qu’Eisenhower, Président nucléariste des Etats-Unis, a appelé l’atome pour la paix a un pouvoir de nuire aux populations et à la planète certes moins explosif que l’atome pour la guerre, son frère siamois, mais, en fait, la guerre atomique continue par ce double moyen et il est grand temps de mettre fin à la double imposture !

C’est à cette tâche historique, désertée par tant d’écologistes peu cohérents, que s’attache le collectif arrêt du nucléaire (ADN) dont les Amis de la Terre- Poitou font partie.

ADN invite aux journées de réflexion dans le théâtre de Jolie Môme 14 rue St Just à la Plaine Saint Denis, du 2 au 3 octobre 2020.

Les Amis de la Terre- Poitou

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

De la "minéralisation des espaces publics" à Poitiers…

ven Juil 31 , 2020
… y’a du boulot pour mettre ou remettre du vert (au sens propre du terme) dans nombre d’espaces publics de Poitiers. Le 23 juillet 2019, le 19/20, journal national de France 3 était en direct de la place d’Armes (place de la mairie pour les non-initié.e.s) où le journaliste présent […]
//