Quel mépris !

Quel mépris pour les étudiants et lycéens dans votre titre (« Poitiers est chahuté par une poussée de fièvre lycéenne« )

Comme si leur contestation de la réforme du bac et de la loi Vidal était une maladie, un épisode fiévreux, forcément passager avant le retour à l’état normal…

Je suis effarée de votre traitement de l’information, très partiale de votre position dominante, et surtout ne donnant pas du tout la parole à ces acteurs de la vie sociale et politique de notre pays.

Pourquoi ne pas les interroger sur les raisons de leur mobilisation ?

Pourquoi ne pas expliquer ce que fait actuellement le gouvernement au service public d’enseignement supérieur (il faudrait pour cela prendre le temps de s’y intéresser…)?

Pourquoi ne pas présenter les enjeux sociaux de ces réformes ?

Plutôt de porter un jugement lapidaire sur les engagements de la jeunesse !

Après, « on » se plaint que les jeunes ne seraient pas engagés,qu’ils seraient individualistes, etc. mais dès qu’ils le font, ils sont stigmatisés et méprisés.

Votre article ne peut que provoquer le genre de commentaires ignorants et agressifs tels que celui de Noelopan !

Interrogez votre responsabilité !

Hélène Cartouche

Rédaction

Une réflexion au sujet de “Lettre courroucée à un journaliste de la Presse locale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Bassines, une première mobilisation réussie à Migné-Auxances

mar Mar 20 , 2018
La mobilisation du 18 mars 2018 à Migné-Auxances contre les « bassines », pour un autre modèle agricole, était préparée par une coordination d’association soutenue par des organisations politiques. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas bien le thème, nous vous invitons à lire le tract de la coordination ici La […]
//