Scrutin n° 8 – séance du 27 octobre 2020 : Dans la nuit de mercredi 27 à jeudi 28 octobre, le Sénat (dont la majorité est bien à droite) a voté en faveur du projet de loi permettant la réintroduction (temporaire) des néonicotinoïdes pour « protéger » la production de betteraves à sucre. Le projet de loi a été adopté en première lecture par 184 voix pour, 128 contre et 28 abstentions. 11 sénateurs.trices n’ont pas participé au vote…

Après le vote des député.e.s de la Vienne dont nous avons rendu compte sur Web 86, (voir article : https://web86.info/semences-neonicotinoides-dans-la-vienne-comment-ont-ils-vote/) comment ont voté les deux sénateurs « Les Républicains » de la Vienne, Yves Bouloux et Bruno Belin ?

Comme un seul homme ! POUR, bien entendu ! Mais pouvait-il en être autrement pour ces deux représentants de la droite attachée à l’agriculture intensive, malgré quelques états d’âme de circonstances ?

Le résultat du vote sur le site du Sénat : http://www.senat.fr/scrutin-public/2020/scr2020-8.html

Ci-dessous la réponse de B. Belin à un courriel envoyé par une amie poitevine pour l’inciter à refuser le retour des néonicotinoïdes pour la betterave.

« Chère Madame,

Je vous remercie de bien avoir voulu me faire partager votre avis sur le projet de loi relatif aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques en cas de danger sanitaire pour les betteraves sucrières. J’ai bien pris le temps de vous lire.

Comme vous le savez, j’ai été nommé rapporteur pour avis au titre de la commission d’Aménagement du Territoire et du Développement Durable. Afin de comprendre ma position, je me permets de vous joindre la synthèse de mon rapport pour avis.

Je me permets, également, de vous joindre les propos que j’ai tenu hier, en séance publique. Comme je le mentionne, ce texte ne revient pas sur la toxicité des néonicotinoïdes. Il n’est pas question de remettre en cause l’interdiction des néonicotinoïdes. L’objectif est aujourd’hui d’axer sur la recherche : pilier primordial afin de trouver des solutions alternatives. »

Veuillez agréer, Chère Madame, l’assurance de ma considération la meilleure.

Bruno BELIN, Sénateur de la Vienne

On notera dans la « synthèse » du rapport dont M. Belin était « rapporteur pour avis au titre de la commission d’Aménagement du Territoire et du Développement Durable » et qu’il a joint à son courrier qu’il prend la peine de marier la « carpe et le lapin » en affirmant : « Le texte ne revient pas sur la toxicité des néonicotinoïdes qui est un fait scientifiquement acquis, mais prend en compte les réalités agricoles. Oui, les agriculteurs sont les premiers à prendre soin de la terre. Il n’y a pas d’aménagement du territoire sans ruralité, donc sans agriculture. »

DISCOURS-_-PJL-_27102020

Dom

Une réflexion au sujet de “Néonicotinoïdes : après les député.e.s, les sénateurs…

  1. il existe quand même un problème de substitution, car l’impact neurotoxique des insecticides interdits néonicotinoïdes, par ingestion ou inhalation, est plus modéré chez les mammifères, par rapport aux autres insecticides ; leur absence de sélectivité est certes nuisible aux insectes pollinisateurs, dont les abeilles mellifères, mais il n’y a pas d’abeilles sur les champs de betteraves … : https://www.officiel-prevention.com/dossier/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique-2/la-prevention-des-risques-professionnels-des-insecticides

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Blanquer dit… des C…

sam Oct 31 , 2020
Ça commence à faire beaucoup : entre les ordres, les contre-ordres et l’impréparation manifeste camouflée sous l’urgence, Blanquer, si tenté que quelqu’un écoute encore ce qu’il dit, réussit deux jours avant la rentrée du 2 novembre à se mettre tout le monde à dos. Dans les écoles, l’intersyndicale de la […]
//