Manifestation appelée par les Gilets Jaunes de la Vienne à laquelle avaient appelées à participer des syndicats (CGT, FSU et Solidaires) ainsi des partis politiques de gauche.

Rendez-vous été pris à 14h00 place d’Armes. En arrivant sur place nous avons eu une première surprise : toutes les entrées de la place d’Armes étaient hermétiquement fermées par des policiers armés qui fouillaient chaque personne. Ambiance…

En plus des gilets jaunes du département on croisait trois élu-es d’Osons Poitiers (C. Fraysse, M. Labaye et J. Arfeuillères) ainsi que des militant-es des syndicats et partis qui appelaient leurs adhérent-es à participer.

Direction la préfecture (en état de siège)

Puis nous avons rejoint la gare où


nous attendaient les motards gilets jaunes


« Déclaration universelle des droits de l’homme » affichée à la gare
(à lire ici pour saisir l’ironie de la situation)


Puis direction la Porte de Paris, toujours dans une atmosphère détendue. Un slogan dominait : « Macron démission »

Combien était-on ? Entre 700 et 800. Beaucoup plus que les 150 de samedi dernier.

À la porte de Paris et tout au long du parcours, à chaque carrefour, un dispositif impressionnant de CRS empêchait la manifestation de sortir du parcours (qui de toute façon était prévu).

Direction la ZUP des Couronneries, toujours dans une ambiance bon enfant malgré cette présence inquiétante et tout à fait disproportionnée, totalement inédite à Poitiers

Un bombage à la peinture ancien ironisait : « – de débat, + de foie gras »

Pas mal de monde au fenêtre, de la sympathie, des rires amusés et bienveillants


Sur la rocade et tout au long du parcours des chants

« Emmanuel Macron, ô tête de con, on vient te chercher chez toi »

C’est le chant des supporters de l’Olympique de Marseille (OM) pour dire tout le bien qu’ils pensent de Macron

Au stade Rébeilleau on a pris à droite pour revenir à la place d’Armes qui pour rentrer à la maison qui récupérer son véhicule.

Et là on a vu le vrai visage de Macron

L’accès au centre ville était totalement coupé par des dizaines de CRS et leurs camions.

Et tout à coup

C’est ça le grand débat. À quoi sert cette violence orchestrée par la préfecture contre une manifestation tout à fait pacifique ?À faire peur aux manifestant-es, certes, mais aussi à faire croire que Macron c’est l’ordre et les manifestant-es le chaos, qu’on a bien raison de rester chez soi et de souffrir en silence l’humiliation, la difficulté de vivre, le boulot d’autant plus fatigant qu’il perd son sens.

Macron, avec ce genre de provocation, envoie un discours : ce sera moi et ma politique, quel qu’en soit le prix à payer sur le dos de la chienlit des gens d’en bas et du droit de s’exprimer.

Voilà. On n’a pas choisi la question mais voilà. Les gens d’en bas on est au pied du mur : dans quel pays voulons-nous vivre ?

Chère lectrice, cher lecteur de cet article, tu fais quoi le week-end prochain ?

Pascal Canaud

Rédaction

9 réactions sur “[photos, vidéos 1] Macron organise la violence à Poitiers contre une manifestation bon enfant

  1. Bonsoir,
    Je suis de tout cœur avec vous; Pour vous dire et pour être Franc avec vous j’etait un gilet jaunes j’ai vite arrêté pour plusieurs raison: la première raison c’était l’ambiance au rond-point route de Poitiers à Loudun, il me semble important que pour bien manifestée il faut avoir une bonne ambiance.
    La deuxième raison : Ont c’était cru a une cousinade que à une manifestation.
    Et la dernière raison c’est le faite de bloqué les rond-point, je sais que j’aurais encore des personnes à dos mais bloqué des rond-point je vois pas l’intérêt, se que certain gilet jaunes ont fais ( ce matin par exemple 19/01/2019) de levé les barrière de péages et bâché des radars ça un plus d’intactes car sa touche directement l’état. Et enfin je vous souhaite un tres bonne année 2019 à tout et tous les gilet jaunes et a tout les autres.
    JC

  2. Très bon reportage.Je confirme la manifestation bon enfant. Le dispositif CRS était impressionnant et effrayant, complètement disproportionné.

  3. tu n’as pas parlé de la fin de la manifestation place d’armes, où les forces de l’ordre ont balancé des lacrymos sur un groupe de personnes près du castille; les flics de la bac s’en sont donnés à coeur joie, et ont interpellé un jeune qui devait avoir balancé un objet sur les robocops; la technique d’interpellation est simple : un flic, infiltré parmi les manifestants, filme et photographie tout geste suspect de la part des manifestants, et signale à ses collègues tout comportement qui nuirait aux forces de l’ordre, comme une preuve de flagrant délit; c’est ainsi qu’un jeune s’est fait interpellé par une meute de gilets noirs, mis à terre et menotté; méfions nous des flics infiltrés dans les manifs

  4. CASTANER « SIDÉRÉ » PAR LES ACCUSATIONS DE VIOLENCES POLICIÈRES !

    Sans doute serait-il aussi sidéré d’apprendre, que nul n’ayant donné l’ordre de viser la tête avec un flashball, ceux qui ont été grièvement blessés et à vie handicapés, ne sont victimes que de maladresses.

  5. Superbe manifestation pacifique . Dommage que les forces de l’ordre soit toujours la pour provoquer. Continuez comme ça. Bravo

  6. trés beau reportage mais tu n’as peut être pas su que ceux qui ont voulu contourner le barrage en passant par le pont de saint cyprien ont été bloqué aussi par les crs et pour que les gilets puissent passer le barrage les crs nous ont obligés d’enlever le gilet jaune que l’on a remis tout de suite aprés avoir passé le barrage, ils nous traite comme de la merde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article suivant

Marche pour la justice sociale : décalage entre deux mondes et chants populaires

sam Jan 19 , 2019
Depuis une semaine entière qu’ils militent pour cette marche pour la justice sociale, dont ils sont les initiateurs, le grand jour des gilets jaunes poitevins est enfin arrivé. Impossible depuis samedi dernier de manquer l’info. Ni non plus d’ignorer le bond en avant des relations entre le mouvement des gilets […]
//